logo Le moteur de recherche de la télé

Programmes de la nuit


diffusion le samedi 16 mars 2019 à 1h34 sur TF1

– Vous faites partie de leur vie depuis quelques décennies.
– Eh oui, il faut bien le dire.
– On peut faire un voyage dans le temps. C'est pas un résumé de votre vie, ce serait trop succinct. Il y a 6 moments. Choisissez-en 5. Comme on parlait d'Isabelle, on va revenir à Isabelle. Vous voulez savoir si c'est vrai. Ça me fait bizarre de revoir. Est-ce que je les ai tués ?
– Nous sommes en 2001. Après plus de 10 ans de succès, de sketchs avec les Inconnus, Bernard Campan prend un virage radical dans sa carrière.
– On m'en veut parce que j'ai pas de remords. Je me souviens de rien ! Tu comprends ça ?
– A 43 ans, c'est en acteur dramatique bluffant qu'on le découvre aux côtés d'Isabelle Carré à l'affiche de "Se souvenir des belles choses", de Zabou Breitman.
– J'aime pas trop me revoir. C'est pas facile.
– Vous saviez que vous pouviez aller dans ce registre ou c'est Zabou qui vous a donné confiance ?
– C'est ça. J'ai rappelé Zabou. J'étais en larmes. Je trouvais ça super. Elle m'a dit : "D'accord, mais est-ce que tu le fais ?" J'ai dit : "Je sais pas si j'en suis capable." Elle m'a dit que ça, c'était son problème. Eh, Mademoiselle ? Pardon.
– C'est pas grave. Oublié.
– Elle a mis le doigt sur plein Elle a vu plein de choses chez moi. Elle disait : "Le texte, il doit être su au rasoir." Mais moi, je sais pas pourquoi, j'apprends toujours à peu près. Elle me disait : " "C'est parce que t'as pas "assez confiance en ton talent." Et elle avait raison. C'était magistral pour moi. Ce jour-là, je me suis dit que j'allais apprendre le texte comme un ouf. C'est un grand souvenir pour moi.
– On continue le voyage ?
– Ouais, tout à fait.
– On peut brouiller les époques.
– Ça date un peu, tout ça. Ah, voilà.
– Il nous faudrait des mannequins bien sous tous rapports, présentant bien.
– Oh là là, qu'est-ce que ça va être ?
– 20 ans plus tôt, Bernard Campan, ici en rouge, n'est encore qu'un anonyme. Originaire de Tours, fils de professeurs, il a 23 ans et se produit régulièrement avec une jeune troupe de comédiens dans le théâtre de Bouvard.
– Vous êtes nerveux, vous voulez arrêter de fumer ?