logo Le moteur de recherche de la télé

C à vous


diffusion le samedi 16 mars 2019 à 0h20 sur France 5

– Il m'a dit qu'il ne savait pas. Je lui dis: "Vous, vous pardonnez trop vite et Balladur ne pardonne jamais." "Je vous rappelle d'où ilvient, ce qu'il a fait contre vous." Le drame de la politique, c'est à cause des médias. Quand on passe dans les médias, ce n'est pas dire du bien de ses amis, mais du mal. Ily en a qui adorent ça.
– A.-E.Lemoine: Vous lui avez pardonné, à N.Sarkozy?
– J.-L.Debré: Non, je n'oublie pas.
– A.-E.Lemoine: Vous avez la rancune tenace?
– J.-L.Debré: Non, mais ce que je n'ai pas aimé, très sincèrement, lorsqu'il était ministre... Quand on est ministre, on n'attaque pas, on ne critique pas le président de la République. Chevènement avait une belle phrase: "Quand on n'est pas d'accord, on ferme sa gueule ou on s'en va." Quand on aime l'Etat, il ne faut pas le fragiliser. Quand vous êtes capable à l'intérieur de l'Etat de critiquer Ce n'est pas ma philosophie.
– A.-E.Lemoine: J.Chirac l'avait remis en place.
– J.-L.Debré: Ça fragilise l'institution.
– Pierre Lescure : Ça me rappelle une phrase d'un personnage de Sempé: "J'ai pardonné à ceux qui m'ont offensé, mais j'ai la liste." Le désamour est tel avec N.Sarkozy qu'en 2012, J.Chirac apportera quasiment officiellement, publiquement, son soutien à F.Hollande, un soutien inattendu quand on remonte loin dans l'histoire car 31 ans auparavant, ils s'étaient affrontés aux législatives avec des petites phrases à la Chirac bien senties.
– François Hollande : J'étais envoyé par le PS pour essayer de conquérir une circonscription ingagnable. C'est pour ça qu'on m'y avait envoyé. J.Chirac avait eu cette formule, je ne sais pas si elle estjuste, mais elle n'était pas tout à fait fausse, que j'étais moins connu que le labrador de F.Mitterrand.
– En 2011, quelques mois avant l'élection présidentielle, les micros captent une petite phrase qui ne va pas plaire à tout le monde.
– François Hollande : Dans cette scène où nous sommes au musée Jacques-Chirac, à Sarran,
– Pierre Lescure : Vous avez fait comme lui?
– J.-L.Debré: C'est un film sur Chirac.
– Pierre Lescure : J'ai tenté...
– J.-L.Debré: "Comme Juppé n'ira pas, mon choix, c'est vous.