logo Le moteur de recherche de la télé

C à vous


diffusion le samedi 16 mars 2019 à 0h20 sur France 5

– A.-E.Lemoine: Alors que l'ennemi politique, ce n'est pas l'adversaire. C'est souvent son propre ami. Vous vous rappelez les traîtrises, les défections, après ses 2 échecs de 81 et 88 à l'élection présidentielle et comment, le soir de sa victoire en 95, tous ceux-là sont revenus, voulant s'afficher aux côtés du nouveau président. J.Chirac n'était pas dupe.
– Monsieur Chirac est en train de faire de l'escalade sur un balcon. Il ne faudrait tout de même pas que, quelles que soient nos opinions politiques, aussi fraîchement élu, il nous fasse une chute du 1er étage. Ce serait dommage pour les 50,7 % qui l'ont élu et pour les autres. Madame Chirac a renoncé à escalader la fenêtre.
– CHIRAC!
– A.-E.Lemoine: Vous racontez à quel point ce balcon était très disputé.
– J.-L.Debré: C'est le balcon de la 2e élection. La 1re, c'est cette image qu'on voit à l'écran. Il y avait foule. On traverse la rue pour aller sur le balcon. Chirac, qui a plus d'expérience que moi, me prend la main. Il me dit: "Ils sont tous là." Quand j'arrive, je vois déjà installés tous ceux qui avaient trahi. Chirac me dit: "On les pousse."
– A.-E.Lemoine: "On les dégage."
– J.-L.Debré: Comment ces personnages qui ont trahi, qui ont fait des déclarations, qui n'ont pas caché qu'ils avaient choisi un autre candidat, et c'est leur droit, comment osent-ils revenir? A leur place, je me serais caché. C'est ça, la politique, métier du spectacle. Il faut être là au moment où il faut sur la photo.
– Pierre Lescure : Vous parlez de N.Sarkozy, évidemment, dans le film. On comprend bien que J.Chirac ne le porte pas complètement dans son coeur. Vous racontez que lors des déjeuners que vous partagiez avec J.Chirac, vous aviez une phrase pour lui donner de l'énergie: "Que pensez-vous de votre successeur?" Il répondait quoi? Il imite J.Chirac.
– J.-L.Debré: "Ecoutez, on va parler d'un autre sujet." En dehors du côté politique, ily a un certain nombre de personnes que J.Chirac considère comme liées à lui. Quand ils trahissent, il ne leur pardonne pas. Un jour, je lui ai demandé la différence entre lui et Balladur.