logo Le moteur de recherche de la télé

C à vous


diffusion le samedi 16 mars 2019 à 0h20 sur France 5

– Vous êtes parmi les derniers à lui rendre visite chaque semaine, chaque lundi, je crois. Vous racontez comment, ensemble, vous commentez le plus possible l'actualité, notamment le congrès réuni à Versailles par E.Macron le 3 juillet 2017. Vous faites le constat que le monde politique que vous connaissiez n'existe plus. La communication continue à être établie?
– J.-L.Debré: Quand on a regardé le congrès, il me demande: "Qui est-ce?" Je n'en avais aucune idée. J'avais mon portable et la liste du gouvernement. Je dis: "C'est Madame Untel". Manque de pot, l'image était sur un homme! On s'était trompés. Ça fait plus de 10 ans qu'il n'est plus au pouvoir. Le monde politique a changé. Les visages ont changé. Par conséquent, j'ai découvert que nous n'étions plus dans ce monde. Oui, c'est une autre communication, mais c'est une communication Elle se fait par le regard, par le geste, par le sourire. Quand vous avez pour quelqu'un une très grande affection, très profonde, parfois plus que les mots, c'est le regard, c'est le silence, qui a remplacé la parole. Quand je le vois, je sais que nous sommes en communion, même si ce n'est pas dit. C'est plus fort que si c'était dit. Les mots n'arrivent pas toujours à refléter le fond de votre affection.
– A.-E.Lemoine: Vous avez fait cette déclaration bouleversante. "Je ne sais pas s'il me reconnaît. J'en ressors moralement épuisé. Ça me fait mal, mais j'ai la faiblesse de penser que ma présence lui fait du bien." C'est le cas?
– J.-L.Debré: Je ne sais pas. J'en sors perturbé mais heureux, profondément heureux. Le bonheur, c'est de se dire que peut-être, par ma présence, par mon geste, par mon regard, je lui ai apporté un peu d'affection. C'est tellement plus fort parce qu'il ne peut pas me le dire. Jadis, quand j'allais le voir, quand je partais, il m'embrassait. C'était un signe d'affection. Aujourd'hui, c'est par d'autres signes que je vois, que je décèle, et qui sont pour moi infiniment plus forts, plus beaux, que ces gestes qu'on se donne en s'embrassent. J'ai été interrogé dans la rue l'autre jour.