logo Le moteur de recherche de la télé

C à vous


diffusion le samedi 16 mars 2019 à 0h20 sur France 5

– Ils ne se sontjamais quittés depuis leur 1re rencontre en 1967.
– J.-L.Debré: Je rentre dans le pavillon d'honneur. Je me demande à mon père qui est ce grand personnage. C'était Chirac. Il avait un grand avenir politique. Une fois par semaine, on déjeunait avec lui. Il avait un appétit fantastique.
– Jacques Chirac : J'ai un peu faim.
– J.-L.Debré: Pour faire de la politique, il faut aimer les gens et Chirac aime les gens.
– A.-E.Lemoine: L'ancien président du Conseil constitutionnel consacre un film à son ami pour la vie, son Chirac. Un portrait tendre raconté par ses plus proches, sa fille, Claude, son amie de toujours, Line Renaud, ou encore le fidèle F.Pinault. J.-L.Debré est notre invité. Bonsoir. Bienvenue. Il n'y a pas de révélation dans "Mon Chirac", pas de secrets d'Etat, mais de l'émotion à l'état pur. C'est une manière de lui faire un petit baiser, de lui rendre hommage?
– J.-L.Debré: De le remercier. Dans la vie, on croise beaucoup de copies et très peu de personnalités originales. Grâce à lui, j'ai eu la chance d'être en face d'un personnage qui sort de l'ordinaire, qu'on l'aime ou pas. Depuis 52 ans, je l'observe etj'observe les autres vis-à-vis de lui. C'est là où on approche la fidélité, l'affection. Ça fait 52 ans de bonheur.
– A.-E.Lemoine: Ce qui vous unit, c'est une relation quasi filiale. L'époux de Claude Chirac dit de vous: "Debré, ce n'est pas de la fidélité. C'est de l'amour. Chirac est le père qu'il s'est choisi."
– J.-L.Debré: J'ai pour Jacques Chirac une affection profonde. Elle n'était pas de la même nature que celle que j'avais pour mon père, pour qui j'avais un véritable amour, mais c'est indéfinissable. Quand il est heureux, je suis heureux. Quand il est triste, je suis triste. J'adore l'imiter face à lui.
– A.-E.Lemoine: Il aime vos imitations?
– J.-L.Debré: Il rit. Il rit encore plus quand j'imite Giscard!
– A.-E.Lemoine: Un personnage sans ego, indiscipliné, parfois provocateur avec un charme extraordinaire et un humour particulier.
– Jacques Chirac : Réfléchissez 2 minutes. Ce n'est pas excessif.
– Ne me cherchez pas.