logo Le moteur de recherche de la télé

C à vous


diffusion le samedi 16 mars 2019 à 0h20 sur France 5

– Pierre Lescure : Toujours le même plaisir d'entendre ces anecdotes car elles alimentent le mythe de cet homme dans la population, celle d'un bon vivant capable d'engloutir 800 g de viande à 8h. Et ily a ses passions, la bière, les arts premiers, le sumo. Mais on va inverser l'ordre de préférence.
– Jacques Chirac : Le sumo, c'est plus qu'un sport. Vous avez l'un des plus grands sumotoris, un homme extraordinaire. Il se bat contre quelqu'un qui fait 240 kg. Il en fait 130 et ilva gagner.
– Quand vous vous mettez à regarder avec lui et qu'il vous raconte, il y a autre chose que 2 personnes qui s'affrontent. Ily a quelque chose de l'ordre du rituel. C'est ce qui donne toujours du sacré.
– Jacques Chirac : C'est l'art d'une civilisation, c'est l'expression d'une psychologie. C'est au-delà d'un sport. Les sumotoris sont considérés au Japon comme des demi-dieux.
– Pierre Lescure : On a vu le grand rabbin de France qui intervient plusieurs fois dans votre film de façon touchante et intéressante. Ses passions, pourquoi les cachait-il? Claude raconte que certains planquent un Playboy derrière un bouquin de culture. Lui, c'était l'inverse.
– J.-L.Debré: Chirac ne se livre pas facilement. Il a son jardin secret. Très peu y participent. La seule fois où je me suis fâché avec lui, il m'avait fait venir un matin à 10h à l'Elysée pour parler de l'affaire du Parlement. La télévision est ouverte et ily a ces sumos qui s'affrontent. Je lui dis: "Vous ne m'avez pas dérangé un dimanche matin pourvoir ces tas de graisse se foutre sur la gueule!" J'ai eu le droit pendant une heure à un cours sur les sumos. Il ne faut pas s'arrêter à l'image. Derrière tout ça, il y a une symbolique de l'affrontement. A l'Assemblée, j'étais assis à côté de lui, un jour. Il n'était pas président de la République. C'étaient les questions d'actualité. Il se tourne vers moi et me demande ce que j'y connais aux civilisations et aux arts premiers. Je lui réponds que je n'y connais pas grand-chose. Le lendemain, il arrive avec un dossier comme ça, il y avait des marques sur les pages. "Tu lis ça pendant la semaine et on en parle la semaine prochaine.