logo Le moteur de recherche de la télé

Soir 3


diffusion le samedi 16 mars 2019 à 0h10 sur France 3

– Peut-être qu'il serait plus juste, dans la façon dont les choses se sont déroulées, de parler de "consultation générale". C'est-à-dire qu'on est allé entendre, consulter les Français, pour mieux comprendre quels étaient leurs motifs de colère, donc quelque chose qui parle de leurs valeurs profondes, de leurs besoins, quelque chose d'intime. Et finalement, comment on pouvait avoir une réponse qui soit le mieux ajustée à ce qui était en train de se jouer aujourd'hui.
– S. Aramon : Voilà qui pose la question de l'écoute. Est-ce qu'on s'écoute vraiment au quotidien dans la vie?
– J. Siaud-Facchin : C'est une question intéressante. Je crois que c'est vraiment le grand truc de la vie: est-ce qu'on s'écoute? Combien de fois on a entendu des enfants dire "papa, maman, tu m'écoutes pas", ou dans les couples, on se dit "de toute façon ça ne sert à rien de te parler, tu ne m'écoutes jamais"... Et puis ça va se conclure par "n'en parlons plus"... On sent bien cette frustration que cela représente. Comme le dit ce moine bouddhiste français d'origine vietnamienne... Etre entendu suppose que l'autre soit dans une attitude de réelle écoute. Dans une conversation, on a tout de suite tendance à interagir: "moi aussi il m'est arrivé ça", "je vais te dire ce que tu peux faire"... Souvent, la plupart des gens n'attendent pas de réponse, mais simplement d'être écoutés vraiment dans leur demande.
– S. Aramon : A l'occasion de ce grand débat, on a souvent entendu beaucoup de griefs, de plaintes s'exprimer...
– J. Siaud-Facchin : La plainte, c'est ce besoin d'être complètement pouvoir exprimer tout ce qui se joue dans son théâtre intérieur. Et le risque, c'est parfois, avec la plainte, d'apporter une réponse trop rapide, parce qu'à ce moment-là, cela déclenche une nouvelle plainte tant que la plainte n'a pas été entendue jusqu'au bout et surtout sans jugement.
– S. Aramon : On termine par ce chiffre: 67 millions de mots recensés sur la plate-forme numérique...
– J. Siaud-Facchin : On pourrait entonner l'air de Jacques Dutronc: "67 millions de mots, et moi, et moi, et moi?"...