logo Le moteur de recherche de la télé

Soir 3


diffusion le samedi 16 mars 2019 à 0h10 sur France 3

–  Le tireur présumé a laissé explique son idéologie raciste et islamophobe. Il se présente comme un "Blanc ordinaire de 28 ans, d'une famille de la classe ouvrière aux bas salaires", son projet: "assurer le futur de mon peuple". L'élément déclencheur serait l'attentat de Stockholm en 2017. Il prétend aussi avoir été en contact avec Anders Breivik, auteur de la tuerie en Norvège. Dans ce manifeste, il évoque aussi longuement la France et l'élection présidentielle, il dit regretter la défaite de Marine Le Pen... Et c'est un voyage en France qui aurait encouragé son passage à l'acte... Un manifeste et une logistique qui font dire aux policiers que l'homme avait minutieusement préparé son attentat.
– C'est le jour d'après en Nouvelle-Zélande. 24 heures se sont écoulées depuis ce double attentat sanglant. Au-delà de la population de Christchurch, c'est tout un pays qui est traumatisé par cette tuerie de masse...
– H. Abdelkhalek: Depuis ce matin, les habitants de Christchurch défilent devant le jardin botanique pour déposer des fleurs, prier, rendre hommage. Tous nous répètent la même chose: "ce qui s'est passé ici, ce n'est pas nous, ce n'est pas la Nouvelle-Zélande, ce n'est pas représentatif des valeurs de ce pays, de cette ville". Pour les Néo-Zélandais, ce qui s'est passé est l'acte isolé d'un homme qui ne représente que lui-même, un homme de 28 ans, un Australien qui a d'ailleurs été présenté ce matin devant un tribunal placé sous haute surveillance, avec des dizaines de policiers armés, quelque chose d'inédit pour le pays. Etaient présentes également des familles de victimes qui voulaient absolument assister à l'audience de celui qui a tué ou blessé certains membres de leur famille.
– Pour suivre les développements de cette actualité, rendez-vous sur notre application Franceinfo. La plus grande discrétion a accompagné le rapatriement de 5 enfants de jihadistes en provenance de Syrie. Orphelins, âgés de 5 ans et moins, ils vivaient dans des campements, dans des conditions particulièrement précaires, soulignent les autorités françaises.