logo Le moteur de recherche de la télé

Les blessures de l'île


diffusion le samedi 16 mars 2019 à 0h55 sur France 2

– Ça n'existe pas les fantômes. Gourvennec. *-Je viens d'avoir *les résultats de l'autopsie. *Pas d'agression sexuelle. *Pas de traces de défense. *Pas d'ADN sous les ongles. Elle a été tuée par surprise *par un individu dont elle n'avait aucune raison de se méfier.
– Il était seul pour toi ? *-Je pense.
– Dommage. J'avais deux beaux suspects. Dis-moi. *-Oui 7
– Cherche dans le fichier des fantômes. Renseigne-toi sur Jean Thorez. Il se serait noyé il y a 20 ans. On frappe à la vitre.
– Ça va mieux ? Remise de vos émotions du cimetière ?
– Oui. Vous avez dû me prendre pour une folle.
– Du tout. Il y a parfois des coïncidences. Ce serait une coïncidence si ma mémoire ne revenait pas.
– Votre mémoire ?
– Je n'ai aucun souvenir d'avant mes 6 ans. Il y a peut être un traumatisme. Ma mère ne voyait pas lequel. Mais depuis que je suis ici, il se passe des choses là-dedans.
– Vous êtes une originale. N'hésitez pas. Si je peux vous aider...
– Merci.
– Ils ont vu le même fantôme que vous.
– Et la petite fille, c'est elle. Justine Selby. Elle et moi, on a quelque chose en commun. Nos enquêtes sont liées.
– Pourquoi ?
– A cause de la maison, de tout ce que je ressens. Il faut que vous m'aidiez. Faites rouvrir le cercueil de la petite Manon Le Gall.
– Je ne peux pas.
– Pour l'enquête.
– Une demande d'exhumation, ça prend des mois.
– Je vous ai aidé avec le portrait.
– C'est non.
– Vous allez où ? Jangjean!
– Je t'ai dit de ne pas venir ici.
– Une femme a été agressée.
– J'avais des affaires à récupérer. Et je me suis défendu.
– Elle a donné ton signalement. Il faut que tu quittes l'île.
– Je repartirai quand il y aura des navettes.
– Tu me donneras ton adresse.
– Je n'en aurai pas. Je suis mort, Gwenn. Je te l'ai dit.
– Ça fait 20 ans que tu me laisses crever de culpabilité. Salaud !
– Arrête, Gregor !
– Tu m'as berné !
– T'es malade !
– Pourquoi tu as fait croire que tu t'étais noyé ?
– J'avais des dettes.
– Laisse-le !
– Pourquoi tu es revenu ?
– Il vient chercher un héritage.
– Depuis quand tu es ici ?
– 5 ou 6 jours.
– Tu étais dans la maison quand il y a eu le meurtre ?