logo Le moteur de recherche de la télé

Les blessures de l'île


diffusion le samedi 16 mars 2019 à 0h55 sur France 2

– Je ne sais plus où elle est.
– Vous êtes venu quand pour la dernière fois ?
– Le jour de l'enterrement.
– Vous avez un relationnel aussi dense avec les morts qu'avec les vivants.
– Voilà le monument à proella. On dépose des croix ici. Je ne vais jamais retrouver cette foutue tombe. Vous l'avez ? Qu'est-ce que vous faites ?
– Elle s'appelait Manon. Manon Le Gall. Comme moi. Elle est morte à 6 ans.
– Venez avec moi.
– Les homonymes, ça arrive.
– J'ai le même nom, le même prénom et la même date de naissance. Le 6 avril 1988.
– C'est troublant, mais...
– Comment est morte cette fillette ?
– Elle a sauté d'une falaise. Un accident.
– Sa mère s'appelle Marie comme la mienne. Marie Le GaIl vit toujours ici ? Elle a quitté l'île depuis longtemps. J'ignore ce qu'elle est devenue.
– Ecoutez, tout correspond.
– Erwan. Trouve-nous les actes de naissance et de décès. On va régler le problème.
– Je vais vous trouver ça.
– Elle est morte à 6 ans. C'est l'âge où je suis partie d'ici.
– Voilà le certificat de décès.
– Y a-t-il une erreur ?
– J'ai vu le corps de la petite Manon. Elle est perturbée.
– Il y a de quoi.
– Et ta mère ? Vous avez un peu parlé tous les deux ?
– De quoi? De la veste que tu as oubliée chez elle sur le porte-manteau ?
– Ecoute... J'aime ta mère. On se voit de temps en temps. Personne ne le sait. Mais je voulais que tu le saches.
– Tant que tu la rends heureuse.
– Je ne suis ni dingue ni demeurée.
– Je n'ai jamais dit ça.
– J'ai vu comment vous me regardiez.
– Vous accumulez les bizarreries.
– J'ai réagi dans la maison etj'ai une homonyme au cimetière. J'étudie la neurochirurgie. J'ouvre des crânes. Je nettoie des scènes de crimes. Je ne suis pas impressionnable. Je veux comprendre.
– J'enquête. Rentrez chez ma mère.
– Certainement pas.
– Lâchez-moi !
– Même si votre maman est la même Marie que je connais, je ne suis pas sûre de la reconnaître. Je ne l'ai pas vue depuis 20 ans.
– Qui était le père
– Un marin de passage. On n'avorte pas sur l'île.
– Je n'ai jamais connu mon père. Maman. Voici Jeanne Gourvennec.
– Mon Dieu !
– Quoi ?
– Atten dez. Ca, c'est la petite Manon.