logo Le moteur de recherche de la télé

Les blessures de l'île


diffusion le samedi 16 mars 2019 à 0h55 sur France 2

– *-Et ce retour au pays ?
– Festif. Je pense ouvrir le poste à l'année et te le confier. *-Ça me va.
– Tu vas recevoir une victime de sexe féminin non identifiée et des scellés. Traite ça vite entre deux tranches de foie gras. *-Je m'en occupe.
– Tu n'as toujours pas arrêté ?
– Toujours pas. J'y travaille.
– Pardon. Salut, Gwenn.
– Ça fait 20 ans qu'elle me démangeait.
– Je suis le capitaine Gourvennec, Gendarmerie Nationale. J'enquête sur le crime qui a eu lieu ici. J'aimerais savoir si quelqu'un connaît cette jeune femme.
– Ça devait arriver. Des esprits hantent cette maison.
– Des lueurs la nuit.
– Ou des jeunes avec des lampes.
– Ou l'âme de ceux qui vivaient là.
– Il faut agir.
– Je l'ai vue. Je bosse à l'embarcadère. Elle est arrivée hier matin sur l'île avant que le trafic soit coupé.
– Elle était seule ?
– Oui. Enfin avec un chien. Un cairn terrier.
– Touriste ?
– Je ne me souviens pas qu'elle ait eu des valises.
– Quelqu'un l'attendait?
– Je n'ai pas fait très attention.
– Vous passerez à la gendarmerie.
– Personne d'autre ?
– Désolée pour la gifle. Piano désaccordé. Un chien hurle à la mort au loin.
– Il te reste 2 chambres de libre pour la nuit?
– Non. L'hôtel est complet.
– Tu as une voiture à me prêter ?
– Ma vieille 4L. Tu peux la garder tant que tu es sur l'île.
– Pas la peine de crier.
– C'est quoi ce SMS ?
– Il était enfermé à la cave. Il hurlait à la mort.
– Vous vous foutez de moi ? Vous devriez être dans la maison.
– Je l'ai sorti pour le calmer.
– Un meurtrier est par ici et vous promenez un chien. Vous avez deux neurones ?
– L'intelligence ne se mesure pas au nombre de leurs connexions.
– Spécialiste du cerveau en plus...
– Nettoyeuse de scène de crime, c'est un job. J'étudie la neurochirurgie.
– La victime est sans doute arrivée hier avec un chien. On tient le témoin du meurtre.
– Comment allez-vous le faire parler ? Capitaine. Vous savez... l'ombre que j'ai vue passer dans la maison...
– C'était une petite fille.
– Ah oui? Je l'ai aussi entendue jouer du piano en bas.
– Vous vous fichez de moi ?
– Vous avez vu un fantôme.
– Non, je ne sais pas.