logo Le moteur de recherche de la télé

Destinations de rêve à prix bradés : les secrets des vacances pour tous

Capital


diffusion le dimanche 24 février 2019 à 21h00 sur M6

– J'arrive, installe-toi. On va aller regarder les comparateurs.
– En 2012, il est le premier à casser les prix vers les Antilles en proposant des vols à moins de 400 euros. Mais sept ans plus tard, il est moins facile pour M. Magnin de faire la une des sites de vente de billets.
– Remets-le sur l'écran, que je le voie bien. On va regarder les vols Paris-Pointe-à-Pitre.
– Avec sa formule qui inclut toujours bagages et repas, il apparaît comme plus cher que ses concurrents. Du coup, les comparateurs de prix le relèguent souvent en fin de classement.
– On est à quelle page ?
– Voilà, on est en sixième page.
– Ce jour-là, XL Airways propose un vol tout compris à 486 euros. Sur le papier, c'est plus cher que la meilleure offre, qui est à 459 euros, mais Laurent Magnin en est convaincu : c'est pourtant sa compagnie la moins chère du jour.
– Vous rajoutez les bagages aux 459, à l'aller et au retour de la compagnie concurrente, XL Airways passe 1er. On est probablement la compagnie la moins chère du pays et, quelque part, ça se sait de moins en moins. C'estjuste un peu agaçant. Clairement.
– Mais aujourd'hui, M. Magnin veut le croire, sa formule a de quoi séduire des milliers de passagers lassés des pièges habituels du low cost, qu'ils connaissent parfaitement. Au petit matin, à Roissy, ce sont plus de 350 personnes qui sont attendues pour enregistrer leur billet à destination de Pointe-à-Pitre. XL affiche ce jour-là un taux de remplissage de quasiment 100 %.
– On va commencer par les bagages cabine.
– Si les passagers sont au rendez-vous, c'est parce qu'ici, ils ont le sentiment qu'ils seront à l'abri des dépenses imprévues.
– Combien on a payé ? C'était 370. Oui, 370.
– Vous n'avez pas cherché moins cher encore ?
– Non, parce qu'après... Si, il y avait les vols et tout ça, mais vous n'avez pas de bagages en soute... Non, non, là, ily a un repas, tout est compris... Donc, c'est bien.
– Le dernier voyage, je me suis fait avoir sur le retour. Je n'avais pas les bagages de compris, par exemple. Je n'ai peut-être pas fait attention non plus.