logo Le moteur de recherche de la télé

Vice caché

Esprits criminels


diffusion le jeudi 14 février 2019 à 0h30 sur TF1

– Je veux enseigner le softbaIl
– Oui. au centre de loisirs.
– Tu as toujours le record de "home runs".
– Je sais. Mes entraînements ont payé. Il est toujours en bas ? *-Je vais le chercher. *-Non.
– Ça va être compliqué, il y a des cartons partout. Je fais du tri dans la maison. Je fais un vide-grenier, ça te dit ?
– Oui. Je peux y aller toute seule.
– Fais comme tu veux.
– Il l'a laissée descendre.
– Il a hésité.
– Son comportement n'est pas suspect.
– C'est sa stratégie.
– On l'ignore.
– Tu as trouvé ? Il est juste sous tes yeux.
– Merci.
– Tu as vu, c'est le bazar.
– Oui. Oui...
– Tu peux pas rester ?
– Je me sens pas bien et je me lève tôt demain.
– Tu vas à Phoenix ?
– Réception et livraison de marchandise.
– A plus tard, ma puce.
– Salut, papa. *Je suis désolée.
– Vous avez fait ce qu'il fallait. *-Y avait rien dans le sous-sol, désolée.
– Il nous reste plus qu'Angel.
– C'est une pièce de mérite militaire. Un pilote américain se serait écrasé en Allemagne pendant la 1re Guerre mondiale et aurait rampé jusqu'en France. Il voulait survivre. Il aurait dû être en sécurité, mais les Français l'ont pris pour un Allemand. Et ils ont failli l'exécuter. Mais il leur a montré une pièce... sur laquelle il y avait l'insigne de son escadron. Un pilote la lui avait donnée en souvenir de leurs faits d'armes.
– Que lui est-il arrivé ?
– Un soldat français a reconnu l'insigne. Et il l'a libéré. Ton ravisseur a enlevé un autre garçon. On doit le retrouver. Tu peux nous aider ? Je veux que tu la gardes. Elle m'a toujours protégé. Ecoute-moi. Carl Buford. C'est le nom de l'homme qui m'a fait du mal. J'étais un jeune garçon, comme toi. A l'époque, j'ai voulu faire comme toi : en finir. La honte était trop lourde à porter. Mais au lieu de ça, j'ai enfoui cette douleur au plus profond de moi. Et même si elle m'a déchiré, je n'ai jamais laissé ce fils de pute gagner la partie. Je lui ai jamais fait ce plaisir. Je veux faire payer cet homme pour ce qu'il t'a fait. Mais j'ai besoin de toi. Je te promets que ton ravisseur ne gagnera pas la partie. Toi et moi, ensemble, on peut lui enlever ce qu'il t'a pris, et ce qui compte le plus pour lui : sa liberté.