logo Le moteur de recherche de la télé

Le Périgord noir

Les 100 lieux qu'il faut voir


diffusion le jeudi 14 février 2019 à 8h40 sur France 5

– Là, on entre dans la cour principale du château. C'est la cour seigneuriale. L'élément indispensable pour la vie et la survie dans un château, c'est le puits. Il est doté d'une toiture pour protéger l'eau. Très important, surtout face à des trébuchets. C'était la machine la plus puissante, la plus précise de l'époque, c'est aussi une arme bactériologique. On envoyait des animaux morts et malades pour infecter, l'intérieur des châteaux. S'ils tombaient dans le puits, c'était terminé pour ceux qui se défendaient. Ils rendaient les armes.
– Pendant la guerre de Cent Ans, le puissant château est pris 7 fois par les Anglais. En montant sur le chemin de ronde, on comprend l'intérêt stratégique qu'il suscite alors.
– C'est pas le point le plus haut. Le point le plus haut, c'est le sommet du donjon qui culmine à 193 m de hauteur.
– Ce château a été habité ? Le confort n'était pas suffisant pour servir de lieu d'habitation. C'était un château militaire pour protéger les terres qui s'étendent à l'arrière. On est installé à la confluence des deux vallées. C'est pour ça qu'il a subi des attaques à l'époque médiévale.
– L'histoire de la vallée s'écrit au fil de la Dordogne, qui a donné son nom au département. Marie-Line rejoint Lucien à bord d'une gabare.
– Bonjour.
– Au 17e siècle, ce bateau servait au commerce. Les gabariers ontjoué un rôle économique pendant 200 ans.
– Les gabariers, c'était des marchands ?
– Ils ne faisaient que transporter. Ils transportaient pour des négociants. Les gabares remontaient tout ce qui se trouvait sur un port comme Bordeaux et qui manquait dans le pays. Il manquait surtout du sel. Le sel était un moyen de garder les aliments.
– L'arrivée du chemin de fer, en 1870, a mis fin au commerce des gabares sur la Dordogne. Disparues un temps, les gabares sont aujourd'hui un moyen unique pour découvrir cette vallée. A 40 km au nord de la Roque-Gageac, loin des circuits touristiques, nous vous recommandons de faire escale dans cet autre village classé parmi les plus beaux de France, Saint-Léon-sur-Vézère. Philippe Colomy est un enfant du village.