logo Le moteur de recherche de la télé

C dans l'air


diffusion le jeudi 14 février 2019 à 5h25 sur France 5

– Il parle d'une société homogène durant sa campagne des législatives. C'est ambigu, étant donné toutes les positions qu'il peut avoir sur les juifs, par ailleurs. Un député qui fait partie de son parti critique G.Soros jusqu'à publier des caricatures de G.Soros grimé en porc. Ça va très loin. L'ambivalence de la parole politique sur ce sujet sensible est désastreuse.
– César Roux : Jusqu'à présent, les groupuscules étaient quasiment anecdotiques...
– Claudia Weill : Concernant l'Allemagne, on sait que ce sont des groupes néonazis, surtout en Allemagne de l'Est. Ils sont en errance politique. Ils ne sontjamais vraiment assimilés, pour une partie de la population, au reste de l'Allemagne. En Grèce, des partis ont fait un score très important. En Pologne, c'est spécial. Ily a une concurrence victimaire entre les juifs et les Polonais sur la figure d'Auschwitz. A l'après-guerre, c'était encore plus fort qu'aujourd'hui. La Pologne s'appelle "le Christ des nations". C'est une nation chrétienne qui souffre de persécutions. Il y a eu une occultation totale de la dimension "exterminatrice" des juifs dans l'histographie officielle polonaise. Elle a mis du temps pour reconnaître la réalité.
– T.Snégaroff: Quand on va à Auschwitz, j'y étais avec des élèves, quand vous arrivez à Cracovie et que vous demandez aux Polonais où se trouve Auschwitz, on vous répond que c'est très loin et que c'est compliqué d'y aller. En fait, c'est très proche en train. Le lieu mémoriel mériterait davantage d'intérêt de la part des populations.
– Claudia Weill : La concurrence victimaire est complexe. Le cas de la Hongrie est intéressant. La Hongrie a été une grande nation juive dans le passé. La minorité juive y était importante. Elle a été massacrée à la fin de la guerre. Elle est partie dans les chambres à gaz. Autour du nationalisme incarné par V.Orban, ily a un retour de l'antisémitisme. Pourtant, il n'y a presque plus de juifs dans ce pays. Le juif est une figure fantasmagorique. Ça fonctionne même quand il n'y a plus de juifs. Le cas de G.Soros est captivant. Cet homme réunit tout.