logo Le moteur de recherche de la télé

Programmes de la nuit


diffusion le jeudi 14 février 2019 à 2h10 sur TF1

– Et ton centre de recherche ? Et tes patients ?
– Je voulais t'en parler. Parce que ça se bouscule au portillon. Les ambitieux qui veulent se servir de ça pour aller à L'OMS ou ailleurs. C'est là que tu interviens.
– Je comprends pas...
– J'ai suivi ta carrière, pendant toutes ces années. Ce que tu as fait avec les détenus en prison, ton travail ici sur le terrain... Tu serais la candidate parfaite !
– Je suis très flattée que tu me proposes. Mais je sais ce que ce centre représente pour toi. Les années que t'as investies... Je suis pas sûre d'être capable de te remplacer.
– Bah oui... Ma vie est ici... Je sais pas...
– Je comprends. J'aurais pas dû te le proposer. Bon, allez...
– Mais... Tu viens manger à la maison, ce soir !
– Alors si c'est pas négociable... Avec plaisir. Je te laisse. T'as du travail.
– 10 ans, ça vous a pris pour venir entendre ce que j'ai à dire. maintenant. On vous écoute.
– Ah bah c'est pas aussi simple ! Depuis le temps... J'ai besoin de motivation pour me souvenir.
– On a aucune habilitation à négocier une remise de peine.
– C'est pas ce que je demande.
– Vous demandez quoi, alors ?
– Ce que j'ai fait, je sais que c'est impardonnable. Je suis pas près de sortir. Je l'accepte. Je suis comme vous, Adèle.
– Parce que vous me connaissez ?
– Je connais beaucoup de choses. Sur Argos, sur vous... C'est pas le sujet. Pas encore. Ma famille me manque. Surtout la petite dernière, Elodie. Elle est jamais venue. Si vous pouviez faire quelque chose...
– C'est une plaisanterie ?
– C'est si dur de croire que j'aime Laissez-moi voir ma fille ! Je vous dirai tout ce que je sais. Je veux juste voir ma fille...
– On y va. Voir sa fille ? Et puis quoi, encore ? Elle l'a prostituée, comme ses frères et soeurs.
– Elle est en détention depuis des années. Elle suit une thérapie. Elle a peut-être réalisé ce qu'elle a fait.
– Je comprends, vous voulez avancer, mais ça, c'est hors de question. On va même pas en discuter ?
– Elle a coupé les ponts, sa fille. Elle a dû mettre des années à se reconstruire. Je lui ferai pas endurer ça. On va trouver autre chose.