logo Le moteur de recherche de la télé

Emissions religieuses


diffusion le jeudi 14 février 2019 à 1h35 sur France 2

– C'est cette conscience qui ne perçoit pas sa véritable nature. Les termes la qualifiant : karma, voile cognitif et émotion. On parle souvent d'émotion et de voile cognitif. C'est une conscience qui est prise par la saisie dualiste, qui voit les choses de façon séparée, qui ne voit pas l'unité du monde, et qui est prise par ses émotions. Les émotions, c'est le niveau le plus grossier de la conscience ordinaire.
– Pourquoi l'intellect ne suffit-il pas à comprendre la vérité ?
– Parce qu'on considère que... L'éveil, on pourrait dire que c'est une expérience intégrale. Or, l'expérience d'un être humain ne se limite pas à la conscience mentale. On a les perceptions sensorielles. L'ou' l'e, le toucher, la vue. Et il y a aussi le corps. On considère, dans cette tradition, que le corps est une source majeure de connaissances et de qualités. En ne travaillant qu'avec l'intellect, l'éveil semble inatteignable, car l'éveil implique toutes ces dimensions.
– Que faut-il ajouter pour pouvoir ôter les voiles qui cachent la bouddéité ?
– Même si la compréhension intellectuelle ne suffit pas, elle est fortement recommandée. Dans un traité comme celui-là, c'est mentionné. Ça paraît paradoxal, mais la compréhension permet de dépasser l'intellect. On voit que le mental ou les pensées n'ont pas véritablement d'existence. La conscience ordinaire croit que les pensées sont la réalité. Réfléchir à la nature de la pensée, au langage, permet de voir qu'il n'y a pas de fondement à tout cela. Ça permet d'ébranler notre façon de percevoir, qui n'est pas forcément la plus satisfaisante. Après, il y a le travail sur le corps. Il y a des techniques corporelles pour se réapproprier le corps et découvrir les capacités propres au corps.
– On va continuer de goûter à ce texte avec la stance 13, qui parle du reflet des rayons de la lune.
– Stance 13. Le Karmapa commence à montrer l'essence de la bouddéité. "Tous les phénomènes ne sont ni vrais, ni trompeurs. "Les érudits affirment qu'ils sont comparables au reflet "de la lune sur l'eau. Cette conscience naturelle est appelée "dharmadhatu.