logo Le moteur de recherche de la télé

Les 26es Victoires de la Musique classique


diffusion le mercredi 13 février 2019 à 21h00 sur France 3

capture
– Il s'agit de trois jeunes femmes de talent... Bravo à toutes!
– J. Chaine : Et parmi ces jeunes femmes et ces jeunes hommes, on peut tout à fait imaginer que ce sont les Victoires de demain...
– L. Kaddour : Oui, ils pourront nous faire vivre de grands moments. D'ailleurs, les "Victoires de la Musique classique" nous en ont réservé beaucoup depuis ces 25 dernières années... Applaudissements.
– L. Kaddour: Une ovation pour Philippe Jaroussky qui vient de s'apercevoir il y a quelques années... Vous le savez, c'est un contre-ténor, sa voix est très aiguë, on dit qu'il chante en voix de tête.
capture
– J. Chaine : C'est un registre qui fascine. Il ne faut pas cantonner ces voix au répertoire baroque. Au milieu du XXe siècle, les partitions pour contre-ténor ressortent des oubliettes et les compositeurs du moment ne résistent pas à l'attrait de ces voix particulières... Toute une littérature naît alors. Mais ce soir, c'est bien un air de musique baroque que Philippe Jaroussky vient nous interpréter, avec un de ses élèves, Pierre-Antoine Bénos...
– Sempre piango e dir non so quando mai io ridero.
– Sempre rido e dir non so quando mai io piangero.
– Sono questi del cor gl'ultimi fiati che languendo si more, gia che a morir l'ultimo è sempre il core... Che ingannando non more perché a tradir hai pronto sempre il core. Sempre piango e dir non
– E dir non so quando mai io ridero.
– L. Kaddour: Philippe Jaroussky et ce merveilleux duo avec son Philippe Jaroussky, ne partez pas tout de suite! Aujourd'hui, c'est un jour un peu spécial, c'est votre anniversaire! Cher Philippe, le temps n'a pas de prise sur vous! Nous passons à présent à la prochaine Victoire de cette soirée, celle des enregistrements. Voici les nommés... Judith, le gagnant?
– J. Chaine : "Les Troyens", Berlioz!
– L. Kaddour: Heureux hasard, en cette Année Berlioz dont nous célébrons le 150e anniversaire de la disparition... C'est l'enregistrement de sa grande fresque "Les Troyens" qui est distingué ce soir et c'est vous, Stéphane Degout, qui êtes de retour sur la scène...
capture