logo Le moteur de recherche de la télé

Plus belle la vie


diffusion le mercredi 13 février 2019 à 20h20 sur France 3

– Futur polytechnicien.
– En fait, il s'occupe de son fils et sa femme travaille.
– La Lune, on verra plus tard.
– Un homme au foyer, c'est déjà une autre planète.
– C'est pas toujours facile, mais ça va.
– Je peux enlacer mon arrière-petit-fils ? Bonjour, Mathis. Je suis Michelle, ton arrière-grand-mère. Jean, il est magnifique. Je suis heureuse de te connaître. On fera des choses ensemble, hein ? Jean, où tu vas ? Je suis désolée.
– C'est pas grave, maman. Allez.
– Je vous sers quoi ?
– Non, toi, tu restes là. Bonjour. Police. Où est Suzy ?
– On se promenait toutes les deux quand il nous a agressées.
– "Il" ? Vous pouvez le décrire ?
– Oui, il était roux avec les pattes blanches
– Les pattes ?
– Oui, ses pattes et il avait une tache noire sur le front. un chat de gouttière, un fou furieux. Il a sauté à la gorge de ma Suzy. Elle a tellement tiré sur sa laisse qu'elle l'a cassée et elle a disparu. Ma Suzy adorée.
– En fait, Suzy, c'est...
– Mon caniche, voyons. Vous écoutez ce que je vous dis ?
– Non, je pouvais pas savoir !
– Pourquoi vous restez là à discuter au lieu de la retrouver ?
– Ne vous inquiétez pas, on va s'en OCCUPG l'.
– Je te laisse avec ton urgence.
– Elle est partie par là. Vite !Vite, vite, vite.
– Ça va pas mieux ? Putain, j'en ai marre.
– Comme d'habitude, les médecins ne trouvent jamais rien. Tu as une carence à cause de ta détention.
– Maman, c'est pas le moment.
– Que des incompétents.
– Pardon, mais une tisane ne le guérira pas.
– C'est pas une tisane, mais une décoction. Romarin, menthe poivrée, grande camomille et écorce de saule blanc, impossible à trouver. Ça ressusciterait un cheval mort.
– Je suis un homme.
– Ça sent bon.
– Ah, merci. Ecoute-la, elle est plus sensée que toi. J'ai ajouté du miel, tu adoreras.
– J'en veux pas.
– Allez, ça fera plaisir à ta mère, bois. Arrête de râler, bois la tisane !
– Décoction.
– Oui,
– Il pouvait pas faire un effort? Non, il s'enfuit !
– Il aurait pu dire au revoir.
– Non maman, il aurait pu rester. Pas pour moi, pour Thérèse, pour Baptiste, pour Mathis. Ils n'y sont pour rien.
– C'est difficile pour ton père. Ça va à l'encontre de ses valeurs.
– Toi, tu acceptes la situation.
– J'ai pas le choix ! Tu es mon fils unique et si je veux te voir, faut que je fasse avec.
– Quoi ? Tu joues la comédie, c'est ça ?
– Non, bien sûr que non.
– C'est quoi,
– Baptiste et Thérèse sont adorables, mais pour moi, c'est compliqué de les voir comme vos enfants.
– Pourquoi ?
– Pour moi, une famille, c'est un papa et une maman.
– Ah... Tu ne penses pa