logo Le moteur de recherche de la télé

JT, journal télé, informations

19/20 : Journal national


diffusion le mercredi 13 février 2019 à 19h30 sur France 3

–  La chute continue pour Carlos Ghosn. Toujours en prison, l'ancien grand patron a appris que Renault supprimait ses indemnités de non-concurrence et sa rémunération en actions pour les La future ligne de TGV Lyon-Turin, nouveau sujet de tensions entre la France et l'Italie. Des experts italiens affirment que la ligne ferroviaire n'est pas du tout rentable. Pire, elle serait même un gouffre financier à 7 milliards d'euros. Voilà qui compromet un peu plus un projet controversé depuis déjà 30
– Faire passer les TGV sous les Alpes pour rejoindre l'Italie, c'est bien l'objectif de ce chantier colossal. Depuis 4 ans, on creuse la montagne côté italien comme français. Pour relier Lyon à Turin par une ligne à grande vitesse, il faut compter 25 milliards d'euros, dont plus de 8 milliards rien que pour ce tunnel de 57 km.
– Le coût qui a été certifié est de 8,6 milliards d'euros qui est payé pour 40% par l'Europe, 35% par Italie et 25% par la France.
– Cela fait une trentaine d'années déjà que le projet fait rêver les ingénieurs et les hommes politiques. La réalisation d'une liaison TGV Lyon-Turin mettra les 10 millions d'Italiens du nord à 2 ou 3 heures de Rhône-Alpes. Mais dès le départ, le TGV Lyon-Turin suscite une certaine opposition, en France comme en Italie. D'après une étude commandée par le gouvernement italien, la rentabilité du projet est loin d'être assurée. Même après cinquante ans d'exploitation, les pertes seraient de 7 milliards d'euros. De la rue, la colère gagne une partie du gouvernement italien... Luigi Di Maio voudrait même arrêter le chantier.
– Avec 20 milliards, on peut construire des écoles, faire des choses utiles du nord au sud du pays. Avec cet argent, on pourrait faire plein de choses.
– L'autre moitié du gouvernement défend toujours le TGV. Pour l'instant le chantier continue.
– Récemment, on vous parlait de ces trafics de cocaïne entre Cayenne et la métropole... entre la Guyane et la Drôme. Chaque semaine, des hommes et des femmes transportaient de la cocaïne, des doses parfois cachées dans leurs corps.