logo Le moteur de recherche de la télé

L'attentat

Rex


diffusion le mercredi 13 février 2019 à 13h50 sur France 3

capture
– Qu'est-ce que la police peut nous vouloir ? Faites entrer on verra bien.
– Heu, bonjour. Je m'appelle Moser, et voici mon collègue Stockinger.
– Bonjour.
– On enquête sur plusieurs meurtre
– C'est horrible. Je ne vois pas en quoi je peux vous aider.
– Connaissez-vous Piotr Choukhov ?
– Feu mon mari a fait des affaires avec l'Est en passant par lui. Ça remonte.
– Et Marcus Spitzer ?
– Il a une société d'import-export, ça ne marche pas fort.
– Sa société était en relation avec la vôtre.
capture
– Pourriez-vous me dire où vous étiez ce mercredi vers 17h ?
– Bien entendu. Je vous en prie, asseyez-vous.
– Pouvez-vous expliquer les meurtres de Spitzer et de Choukhov ?
– Disons qu'on peut faire une vague supposition. Il y a eu les mêmes attentats à Francfort et à Amsterdam. On a tué des fonctionnaires soviétiques qui arrêtaient de faciliter les choses. Une vengeance de leurs ex-collègues ?
– Mais Choukhov a été tué par Spitzer qui était autrichien, il n'a pas un mobile politique.
– Il avait besoin d'argent. Il a peut-être été payé pour le faire, puis a été éliminé.
– Les gens comme Choukhov touchent des commissions sur les grandes transactions entre Vienne et Moscou.
– Vous pouvez le prouver ?
– On peut faire intervenir la brigade fiscale pour vérifier vos affaires, mais ça ne m'intéresse pas, aidez-moi.
– Que voulez-vous ?
– Les temps ont changé, depuis l'ouverture des frontières vers l'Est. Choukhov recevait toujours de l'argent mais pouvait plus faire signer de contrat, n'avait plus de pouvoir.
– Il s'est fait des ennemis à Vienne. Comme M. Landowski.
– En effet, c'est le plus important d'entre nous, il risque le plus. Vous êtes bien informés. Vous croyez Landowski capable de tuer un homme pour une petite escroquerie minable ?
– On pensait à l'argent amassé par Choukhov.
– 10% c'est courant.
– Donc Choukhov a dû empocher 200 millions. Il a pas pu envoyer l'argent en Russie.
– Donc il est ici.
– Vous faites quel métier au juste ?
– Je m'occupe de placer les grandes fortunes.
– C'est tragique, être aussi riche et être invalide.
capture