logo Le moteur de recherche de la télé

Plus belle la vie


diffusion le mercredi 13 février 2019 à 5h35 sur France 3

– Et le statut de témoin protégé pour moi et mon fils ? Notre deal ?
– Vous savez que je peux pas prendre ce genre de décision moi-même.
– Référez-en à vos supérieurs, mais vite. Y a pas de temps à perdre.
– Je vais en parler au juge antiterroriste.
– La douleur était d'une violence... Comme si ma tête allait exploser.
– Vous êtes sujet aux migraines ?
– J'en ai déjà eu, mais pas comme ça. Hier soir, j'ai failli m'évanouir.
– Vous allez déjà passer un scanner, pour écarter un dommage cérébral, un trauma crânien ou une tumeur.
– J'en ai fait un il y a 2 semaines.
– On n'est jamais trop prudents. Durant votre captivité, vous avez été maltraité ?
– Oui, évidemment.
– Vous pouvez être plus précis ? Désolée d'y revenir, ça doit être pénible.
– J'ai été frappé.
– Au visage... aussi, oui. Ça m'est notamment arrivé une fois, peu avant d'être libéré.
– Quelles étaient vos conditions de détention ? Vous aviez de l'eau potable ? De la nourriture bien préparée ?
– Oui, dans l'ensemble.
– Bon, j'insiste pas. On va faire les examens nécessaires et on en reparle. Sinon, vous avez vu la psy ?
– Oui, mais tout va vite depuis notre retour.
– Les céphalées peuvent aussi être psychosomatiques, vous êtes en état de choc.
– Non, c'est pas dans ma tête. Enfin, si, mais la douleur est bien réelle.
– Je dis pas le contraire, mais après un traumatisme grave, le corps réagit de façon imprévisible. On a l'impression que tout va bien et soudain, tout s'écroule.
– T'as fini de trier mes documents ?
– Désolé, y avait une urgence.
– Tu m'étonnes... C'est Jean-Paul qui t'a demandé ça ?
– Ouais, sur ordre du commandant Nebout.
– Je t'explique, Boher aurait dû s'en occuper ily a 2 jours.
– Je sais pas...
– En fait, Nebout a dû l'embrouiller et Boher, en gros lâche, t'a refilé le bébé, pour sauver son cul.
– Mais donc, c'est urgent?
– Très urgent. Mais tant pis pour sa gueule. Tu m'arrêtes ça tout de suite.
– Là, il va pas apprécier.
– C'est qui ta référente ? Lui ou moi?
– Vous.
– En tant que référente, je te donne un conseil, fais-toi respecter. Sinon, tu vas faire la boniche pour tout le monde, surtout avec Boher.