logo Le moteur de recherche de la télé

Cancer du sein : la vie avant tout


diffusion le mercredi 13 février 2019 à 22h40 sur France 2

capture
– On est bouffie par les traitements. Ce n'est pas nous. Je n'avais pas envie de me maquiller, de m'habiller. Je n'avais envie de rien du tout. Même si aujourd'hui, on voit ces photos, je ne les montrais pas avant. Pour moi, c'était impossible. Par pudeur. Mais aujourd'hui, je m'en fiche. Au contraire.
– Et le regard des autres, ça a été dur?
– Oui.
– Pourquoi? Vous lisiez la pitié et la compassion dans les yeux des autres?
– Oui, parfois il y avait de la pitié et parfois de la bienveillance. On a même droit à des cadeaux. Ce n'est pas négligeable, ça fait toujours plaisir.
capture
– Ça dépend des cadeaux.
– Il y a des petites attentions.
– Et votre rapport à votre conjoint pendant ces mois de chimiothérapie et de radiothérapie avec ce corps qui change? Ça a aussi été problématique pour vous?
– On doit apprendre à vivre avec un autre corps et apprendre à vivre avec le regard de l'autre SU l' son HOUVGBU COFPS?
– Oui, même s'il me dit qu'il s'en fiche. Moi, je ne le percevais pas comme ça. Même si mon mari est un être exceptionnel, pour moi, ce n'était pas de la honte ni rien mais ce n'était pas moi.
– J'ai noté cette phrase que vous nous avez dite en préparant cette émission: "La sexualité, c'est hyper tabou quand on est malade d'un cancer, c'est quelque chose qui n'existe plus et dont on n'arrive même pas à parler avec son conjoint."
– Même les médecins Ils ne nous disent pas... Ils nous disent: "On vous fait telle chimio. Au revoir, madame. A dans 3 semaines. Vous allez avoir ça, ça, ça." Mais on ne parle pas de sexualité. On ne parle de rien.
– Donc c'est un long chemin, si je comprends bien, d'être aussi présente ce soir sur ce plateau, de venir témoigner à visage découvert. Tout le monde va vous découvrir, vos proches, votre entourage, vos collègues de travail. Vous avez repris le travail?
– Oui, ça fait un bien fou. J'ai beaucoup d'affection par mes clients. Ils me touchaient, ils touchaient mes cheveux. Ils me disaient qu'ils étaient tout doux. Beaucoup d'affection, c'était très émouvant.
– Je peux vous demander ce que vous faites dans la vie?
capture