logo Le moteur de recherche de la télé

C'est au programme


diffusion le mercredi 13 février 2019 à 10h00 sur France 2

capture
– Oui, ça peut être terrible.
– Avec le plan cancer, on avait interdit à 45 % des établissements de continuer d'opérer des cancers. Ils n'en opéraient pas assez pour garantir un niveau de qualité. Ily a 10jours, 120 chirurgiens ont lancé une lettre pour alerter en disant que ce n'est plus respecté.
Maintenant, vous avez des tas d'opérations pour des cancers du sein, par des chirurgiens qui ne sont pas autorisés à la faire depuis 2008. Il faut aller vers la qualité. C'est le gage pour accéder au meilleur pronostic possible selon le cancer qu'on a.
capture
– Par les temps qui courent, avec les problèmes de budget, est-ce qu'on peut envisager réellement d'avoir un plus grand accès aux soins et d'avoir accès à de nouvelles machines ?
– Déjà, il faut respecter les recommandations. Il y a des règles qui ne sont pas respectées. Vous nous l'avez dit. quand on a regardé la survie après cancer 10 ans après, on a vu qu'elle avait augmenté de 10 % en moyenne en France. On a dit: ceux qui ne savent pas soigner les cancers, faut qu'ils arrêtent.
Ceux qui ne soignent pas au minimum 25 cancers du sein dans l'année, et l'hôpital qui n'opère pas 25 cancers du sein, il ne faut pas qu'ils les opèrent. La discussion de chaque cas par 3 médecins dont un cancérologue améliore aussi la qualité. Avec le temps, on respecte un peu moins ces règles. Aujourd'hui, la qualité est là. La France a le meilleur système de prise en charge des cancers au monde. On peut être fiers de ça. Mais pour autant, les choses pourraient se dégrader si on ne fait pas attention.
– On peut dire quand même qu'il y a une grosse amélioration dans les traitements. L'immunothérapie répond à tout un tas de complications du cancer.
– Oui, le progrès est spectaculaire par les progrès de la science et parce qu'on est le seul pays à avoir un accès total à tous les médicaments, quel que soit le prix. En Angleterre on vous dit : "Ça ne vaut pas la peine".
capture