logo Le moteur de recherche de la télé

C'est au programme


diffusion le mercredi 13 février 2019 à 10h00 sur France 2

capture
– C'est un problème de prise en charge, de soins ?
– C'est un indicateur composé. La mortalité par cancer est due à plein de choses. Dans une région où il y a plus de cancers du poumon, ce n'est pas très bon en termes de pronostic. Mais aussi, le fait que les gens sont moins cultivés. Ils sont plus dans une situation de précarité sociale et financière. Ils ne vont pas voir le médecin dès qu'ils ont les 1ers symptômes.
– Pas de prévention.
capture
– Souvent, dans ces régions qui sont pauvres, il y a moins d'appareils pour faire les examens. Ensuite, il y a des difficultés à avoir des rendez-vous dans les hôpitaux. Les délais sont inégaux d'une région à l'autre. Finalement, tout ça, ça accumule des doubles, des triples peines sur les gens les plus défavorisés. Les agriculteurs et les ouvriers meurent beaucoup plus du cancer que les professions libérales et les cadres supérieurs. On peut le comprendre, mais dans un pays où est marqué sur tous les bâtiments publics "égalité", on ne comprend pas. On est un des pays les plus inégalitaires en matière de mortalité par cancer.
– Vous étiez à l'origine d'un plan anti-cancer, on en est où ? Que faudrait-il faire pour réparer ces inégalités ?
– Grâce au plan cancer, on a diminué ces inégalités. Aujourd'hui, que ce soit chez l'homme ou chez la femme, on est sur 1 à 3. Quand j'ai fait le plan cancer, on était sur 1 à 6. C'était terrifiant. Les inégalités mais c'est inacceptable. On doit être à moins que ça. Qu'est-ce qu'il faut faire ? Les pouvoirs publics sont toujours sur une philosophie qui pense que plus on mettra de scanners, plus on dépensera de l'argent.
– On parle souvent du 2e avis. Par exemple, on pourrait favoriser le 2e avis sur d'autres régions pour l'accès aux soins.
– Oui, mais en fait, ces gens qui sont défavorisés ne pensent même pas au 2e avis. C'est culturel. Comment leur expliquer qu'ils ont droit à un 2e avis même s'il est à 100 kilomètres.
– Dans un 1er temps, vous dites qu'il faut plus de machines.
capture