logo Le moteur de recherche de la télé

Télématin (suite)


diffusion le mercredi 13 février 2019 à 9h10 sur France 2

–  N.Schraen-Guirma: Changer de vie, il faut le rappeler, ce n'est pas évident.
– C'est surtout un risque. J'ai 5 enfants. Il ne faut pas que ça se plante, cette histoire. Le succès aujourd'hui de cette reconversion, c'est dû avant tout à ma femme et à mes enfants, qui ont accepté cette nouvelle vie. C'est pas de week-end, des levers très tôt, un travail extrêmement important. Je suis patron, également. J'ai une équipe. Il faut que ça tourne. Ce n'est pas sans risque, mais l'aventure est extraordinaire. Il n'y a aucun regret. Je suis vraiment heureux. Je suis un homme épanoui. Au bout de 6 ans, je pense que la réponse est là. Ça marche. J'ai une 2e boucherie depuis octobre. Ça veut dire que c'est effectivement quelque chose qui roule.
– Laurent Bignolas : On dirait que Damien et Jérôme et conseillés quand ils étaient jeunes.
– N.Schraen-Guirma: Oui et non. Leur ancien métier est un vrai plus pour leur nouvelle vie. Lui avait besoin de se rapprocher de sa Corrèze natale, de trouver un métier avec plus de relations humaines. Il a choisi un métier dans un contexte où on mange de moins en moins de viande, mais mieux. 90 % des Français mangent au moins une fois par semaine de la viande. Cette génération de bouchers est très investie dans la qualité. Ils veulent débiter leurs carcasses eux-mêmes, ne veulent pas avoir des produits tout prêts. C'est une vie d'équipe également. Ça se passe très bien pour lui. Ce sont de vrais défenseurs du patrimoine culturel français. Un grand bravo à eux.
– Laurent Bignolas : Merci, les filles. Ne changez rien. C'était intéressant. A 10h, vous retrouvez le sourire de S.Davant et de son équipe de "C'est au programme". On parle santé, ce matin?
– Sophie Davant : On parle de cancer, ce matin, avec l'un de nos plus grands Cancérologues, D.Khayat. Le cancer reste la cause de mortalité numéro 1 en France. L'accès aux soins est-il légal partout dans l'Hexagone? Vers quels traitements se tourner en fonction du cancer dont on est atteint? Vous voulez jardiner mais vous n'avez pas le moyen de vous offrir de fleurs? Pensez aux boutures. L.Petitrenaud s'est intéressée au chou-fleur. Elle est allée glaner des astuces de chef. Nous serons en direct des Pyrénées, du pic du Midi, pour prendre de la hauteur grâce à L.Ballet. Voici le programme.
– Laurent Bignolas : Bien sûr! Merci. P.Collignon m'a rappelé que si vous n'avez pas le temps d'acheter des fleurs pour la Saint-Valentin, il fallait offrir des boutures! Des bonnes boutures, tout simplement! Passez une très belle journée. On se retrouve demain à partir de 6h30. N'oubliez jamais qu'on vous aime