logo Le moteur de recherche de la télé

Télématin (suite)


diffusion le mercredi 13 février 2019 à 8h10 sur France 2

– C'est un moment compliqué.
– Laurent Bignolas : Le film commence au 12e jour de la course.
– Charlotte Bouteloup : Absolument. Ce film est ultra surprenant. Sur le papier, on pourrait se dire: "Un marin qui se filme seul en mer, ça va nous donner un beau documentaire, mais réservé aux initiés." Là où j'ai été scotchée, c'est que ça nous donne un grand film de cinéma. 99 jours en mer condensés en 1 heure 22 de film avec un véritable scénario de cinéma. Il y a des ruptures. Il faut passer par toutes les émotions de la vie. Ce film m'a donné la chair de poule. Avant d'en parler, on est allés rencontrer J.Cottin qui vous a permis de faire en sorte que ce film soit monté et sorte au cinéma. On en parle après.
– Qu'est-ce que c'est beau! On est sur le Vendée Globe!
– Charlotte Bouteloup : Bonjour, J.Cottin.
– Jérôme Cottin : Bonjour.
– Charlotte Bouteloup : Qu'est-ce qui vous a donné envie d'accompagner ce film qui ne ressemble à aucun autre?
– Jérôme Cottin : C'est une rencontre avec E.Bellion, qui l'a réalisé et qui est le sujet lui-même du film. Il se trouve que j'ai produit un autre film sur la mer, "En solitaire", avec F.Cluzet. En plus d'être producteur, je me suis retrouvé propriétaire d'un bateau de course. C'est là où j'ai rencontré Eric.
– Charlotte Bouteloup : Il a racheté le bateau.
– Jérôme Cottin : Absolument. Tout de suite, il m'a touché. Un marin qui veut faire le Vendée Globe pour la 1re fois, il ne peut le faire que s'il a un bateau. C'est comme un producteur ou un réalisateur, on ne fait un film que si on a un scénario. Il était extrêmement important pour lui d'avoir le bateau. Sans le bateau, pas de sponsor. Sans bateau ni sponsor, pas de course.
– J'ai failli abandonner 100 fois aujourd'hui.
– Jérôme Cottin : Un marin qui fait le Vendée Globe... Je crois qu'il n'y a qu'une centaine de personnes qui ont fait le tour du monde en solitaire, à la voile. Il y a plus de personnes qui sont allées sur la Lune, pardon, dans l'espace, que de personnes à la voile. Quand il est venu avec les Rush après sa course et qu'on a commencé à travailler sur la matière, sur les images qu'il avait ramenées, j'étais scié.