logo Le moteur de recherche de la télé

Télématin (suite)


diffusion le mercredi 13 février 2019 à 7h10 sur France 2

– Au contraire, il faut bâtir des modèles associant santé publique, professions libérales, collectivités territoriales... Un autre exemple... On a besoin d'internats régionalisés. Il ne faut plus un internat national, mais il faut bâtir le modèle en fonction des besoins par région. Ça impose de considérer les élus comme de vrais partenaires.
– César Roux : Ça fait longtemps que vous faites passer ce message, sur tous les sujets.
– Hervé Morin : La pertinence d'un modèle qui marche, dans tous les pays européens, passe par une idée simple: il faut que ceux qui font tous les jours soient considérés comme les sachants. Ceux qui savent, c'est ceux qui font. C'est ce qui se passe dans les entreprises.
– César Roux : On en est loin.
– Hervé Morin : Oui. On a besoin de construire un modèle dans lequel on se pose cette question: à chaque fois qu'il y a une compétence exercée, où doit-elle être exercée? Ensuite, on bâtit ce qui doit rester du domaine de l'Etat.
– César Roux : Est-ce que les leçons ont été tirées de la crise qu'on est en train de vivre? Est-ce qu'un nouvel acte de décentralisation serait la bonne réponse à ce qu'on est en train de vivre? Les territoires disent qu'ils n'ont pas accès aux services publics...
– Hervé Morin : Si on veut faire en sorte que la fin du quinquennat soit utile, car pour l'instant, le pouvoir est tétanisé... Toutes les réformes sont abandonnées les unes après les autres. Souvenez-vous de ce qui était prévu sur le transport avec une vignette pour les poids lourds... Tout cela a été abandonné. Des péages urbains pouvaient être mis en place pour financer... Tout cela, on a dit que c'était dangereux. Dernier exemple: la semaine dernière, on a décidé en catimini d'arrêter la fusion des académies. Si on veut que la fin de ce quinquennat soit utile, il faut donner la possibilité aux territoires d'être acteurs de la transformation du pays.
– César Roux : Ça veut dire quoi, concrètement?
– Hervé Morin : C'est par la décentralisation que les choses sont possibles. Je prends un exemple concret. Je demande à avoir la main sur les questions d'emploi, en tant que président de région, parce que j'ai en charge la formation des demandeurs d'emploi.