logo Le moteur de recherche de la télé

Le mystère de la mort d'Hitler


diffusion le mercredi 13 février 2019 à 0h35 sur France 2

– Est-ce bien le crâne d'Hitler ? Plusieurs indices les poussent à croire que oui. 1er point : il a été trouvé au même endroit que les 2 cadavres. Dans le même trou d'obus. 2d point: il a un impact de balle. Cela correspond au témoignage de Linge sur le fait qu'Hitler s'est suicidé d'une balle dans la tête.
– Le plus intéressant : on a un orifice de sortie d'un projectile à balle d'arme à feu. Il fait grossièrement Il est évasé vers l'extérieur. C'est donc un orifice de sortie. Il présente aussi des traits de refend radiaires, de fractures. Ça signifie qu'elle avait une importante vélocité, que l'os était encore frais, humide, quand ça s'est produit. Et du coup, il y a eu une réaction d'éclatement de l'os. Rien qu'en examinant ce fragment de calotte crânienne, on peut dire que la trace du tir est en soi compatible avec une cause de mort. Et on observe 2 choses : des traces d'enfouissement, avec des restes de terre, ou du moins des dépôts compatibles avec de la terre. Et puis des traces de carbonisation, un aspect noirâtre sur une grande partie de l'os, qui peut s'expliquer par une exposition au feu.
– Hitler ne voulait surtout pas être capturé par ses ennemis, ni vivant, ni même mort. C'est pour cela qu'il aurait demandé à ses derniers fidèles de brûler son cadavre ainsi que celui de son épouse. Parmi ses hommes de confiance, il y avait Erich Kempka, son chauffeur. Après la chute de Berlin, il sera arrêté par les Américains. L'officier SS leur raconte qu'il a trouvé les 200l d'essence nécessaires pour brûler les corps et qu'il a assisté à leur crémation.
– "Lentement, le feu a commencé à grignoter les corps. "Nous avons donné l'ultime salut hitlérien au Fuhrer "et à son épouse."
– Hitler croyait ainsi échapper à la pire de ses craintes : finir comme le trophée de Staline. Ce morceau de crâne est une fierté pour les Russes. Il prouve que ce sont eux qui ont vaincu le dictateur, et pas les Américains. Si P. Charlier prouvait que ce n'est pas le crâne d'Hitler, le Kremlin serait humilié.
– La difficulté, c'est de pouvoir voir l'intérieur du crâne, de l'avoir en main pour le soupeser.