logo Le moteur de recherche de la télé

Le mystère de la mort d'Hitler


diffusion le mercredi 13 février 2019 à 0h35 sur France 2

– Le dossier Hitler est plus qu'un simple cas d'identification de restes humains. La mort du Fuhrer est l'une des plus grandes énigmes historiques. Pour que son enquête soit inattaquable, P. Charlier sait qu'une observation seulement avec un microscope ne peut suffire. Il doit aller encore plus loin pour prouver que ce sont de vraies dents. Le légiste n'est pas rentré les mains vides de Moscou. Il a rapporté des petits morceaux des dents. Ceux-ci se sont effrités pendant qu'il les examinait. Nous avons demandé aux autorités russes l'autorisation de les analyser. Ils vont mettre 2 mois pour nous répondre. Ils ne s'y opposent pas. C'est leur manière de nous dire que nous pouvons les exploiter. Ce sera dans le laboratoire de physique des solides de Paris.
– Merci pour le microscope électronique.
– Je t'en prie.
– On a 2 fragments assez petits, qui sont des fragments de tartre dentaire. Il faudrait avoir la confirmation de la composition de ce tartre, et connaître le régime alimentaire de l'individu. N'y a-t-il que des fibres végétales, ou y a-t-il aussi des fibres carnées ?
– C'est une première. Jamais, depuis 1945, un scientifique n'avait pu faire des tests directement sur les restes dentaires d'Hitler.
– Je te propose d'installer les échantillons.
– Tu as 2 fragments ?
– 2 fragments millimétriques. De 2 et 3mm chacun.
– D'accord.
– L'idéal serait de délicatement les poser sur ta platine.
– Oui.
– On les récupérera après. Et donc de pas trop appuyer dessus.
– Ne pas les casser.
– Juste les poser.
– Ces 2 petits morceaux, P. Charlier doit en prendre le plus grand soin. Il ne pourra jamais en avoir d'autres.
– Je travaille avec Raphaël Weil depuis 10 ans sur les échantillons anciens, archéologiques ou historiques. On a travaillé sur Richard Coeur de Lion, ou sur les reliques de Saint Louis. On a pu identifier des parasites pour les viscères de Saint Louis, OU encore, on a pu identifier des poisons présents dans les restes de Richard Coeur de Lion. Quand on fait une étude anthropologique historique, on ne peut plus se passer du microscope électronique.