logo Le moteur de recherche de la télé

Le mystère de la mort d'Hitler


diffusion le mercredi 13 février 2019 à 0h35 sur France 2

– L'enquête doit continuer. Dans son laboratoire en banlieue parisienne, il va confronter les photos des dents qu'il a prises avec une série de radiographies d'Hitler. Ces radios avaient été récupérées par les GI américains auprès des médecins du Fuhrer Nous les avons retrouvées dans les archives nationales américaines.
– Ce sont 3 radios de crâne qui se rapportent à Adolf Hitler. Elles ont été réalisées en 1944 dans les suites de son attentat manqué pour lequel il avait des douleurs au niveau des yeux. Les médecins se sont principalement intéressés aux sinus. C'est toujours le même individu qui est représenté. On a exactement la même forme de sinus au niveau du front. Et ces taches blanches qu'on voit sur chaque radio, ce sont des appareils dentaires qui sont inamovibles. Ils sont fixés sur la denture.
– Les prothèses apparaissent sur les radios. Sont-elles identiques à celles stockées à Moscou ?
– Cette prothèse est complexe. Pas un petit soin. au total qui sont complètement différentes l'une de l'autre. Et il n'y a pas que cette lésion-là. Il y a toutes les autres sur le reste des prothèses dentaires. On a un système au niveau du maxillaire inférieur droit, sur la radio, avec la tige qui passe en dessous. On la retrouve là, avec cette prémolaire. A nouveau, on a là une lésion qui est extrêmement spécifique. Quelque chose qui est unique.
– La preuve la plus évidente, c'est cette prothèse. Elle a été créée spécialement par son dentiste à la demande d'Hitler qui ne voulait pas qu'on lui arrache l'une de ses dernières dents saines.
– Sur le plan uniquement de la morphologie, quand on compare les radiographies avec les photographies des prothèses, c'est totalement compatible avec le fait que ce soit Hitler. Il y a une correspondance des prothèses, la forme, la mesure, la longueur, les angles, tout ça coïncide. Il faut vérifier que ce n'est pas un faux historique ou archéologique, et qu'il les a utilisées et donc avoir une confirmation chimique que le dépôt qui les recouvre en partie est bien du tartre dentaire et pas un faux réalisé par une quelconque partie, Soviétiques ou Américains.