logo Le moteur de recherche de la télé

Le mystère de la mort d'Hitler


diffusion le mercredi 13 février 2019 à 0h35 sur France 2

– Tous les 3 répètent le même scénario : Hitler s'est suicidé avec son épouse et leurs corps ont été brulés devant le bunker.
– Alors, les informations qu'on peut avoir pour l'exposition au feu... On voit ici les dépôts de carbonisation de surface. C'est un morceau de gencive qui a été complètement carbonisé, c'est-à-dire soumis à une très haute élévation de température. On voit l'os, et au-dessus, on a la muqueuse qui le recouvrait qui est carbonisée. Je sens que pèse sur moi une pression pour que je finisse vite. Je vais prendre des photos de l'aspect craqué, éclaté, des dents. Ça signale vraiment un passage au feu assez... caractéristique. Tel qu'on voit dans des crémations criminelles, par exemple, pour rendre non identifiable l'individu. On était vraiment obligé de faire un examen à la loupe binoculaire pour s'en rendre compte.
– Toutes les pièces du puzzle s'assemblent. Mais P. Charlier sait qu'il est au coeur des services secrets russes, des experts dans l'art de truquer la vérité. Il doit vérifier que ces prothèses ont été portées.
– On va regarder l'usure, les surfaces sur lesquelles l'individu mâchait la nourriture. On a des traces d'usure qui sont de folie. Les traces d'usure se voient sous la forme de multitudes de petites stries qui correspondent au passage des aliments. Des petits cristaux qu'il peut y avoir dans l'alimentation. Et on a des dépôts en partie calcifiés typiques de ce qu'on voit chez un individu avec du tartre dentaire. Là, c'est net. Toutes ces stries de surface nous indiquent une patine d'usage. Et puis on a ces dépôts dans le creux du métal qui sont des dépôts de tartre dentaire. Ça indique vraiment que c'est une prothèse authentique dans le sens où elle a été portée. Et elle a été utilisée suffisamment de temps pour que du tartre alimentaire se dépose dans les rainures de la prothèse. de l'analyse de l'os crânien, P. Charlier a l'espoir de mettre un point final au dossier Hitler. Personne n'avait pu expertiser les dents comme il l'a fait. Pourtant, il est encore trop tôt pour en tirer des conclusions.