logo Le moteur de recherche de la télé

Le 12.45


diffusion le lundi 14 janvier 2019 à 12h45 sur M6

capture
– Il est accompagné du directeur du magasin, qui souhaite lui montrer sa nouvelle offre.
– Super. Ily a un parfum. Les arômes sont très développés.
– Surprenant. Car les herbes aromatiques dont il parle poussent au coeur du magasin.
– Ca, c'est le potager. Il fait 80 mètres carrés de surface.
– Le directeur lui déroule un argumentaire implacable. Circuit court, fraîcheur... pas de produits chimiques.
capture
– Je vous en prie.
– Avec eux, l'un des patrons qui a mis au point ce potager urbain
– La récolte du jour de ce matin.
– Ici, tout est sous contrôle. Humidité, lumière, température et doses de nutriments. Les ingénieurs à Grenoble ont totalement recréé un environnement propice au développement de ces plantes. Ils le pilotent à distance.
– C'est un système de culture où on apporte tous les éléments nutritifs L'eau va monter par ici. Elle va remplir tous les bacs. Et elle va redescendre par ici.
– A terme, c'est 4 tonnes d'herbe par an récoltées ici et mises en vente A près de 20 % plus cher qu'une botte traditionnelle. Manger sain, local, voilà les tendances de l'alimentation de demain. Monnaie courante aux Etats-Unis, les fermes high-tech commencent à éclore en France. L'idée, c'est de créer des productions plus près des centres urbains. Une tendance qui permet l'émergence de nouveaux investisseurs. De quoi interroger notre regard sur l'agriculture du 21e siècle. La Courneuve. Nous ne sommes pas en plein champ. Et pourtant.
– On est devant notre ferme de production de fraises.
– Une ferme dans une boîte de 35 mètres carrés. C'est l'idée de Guillaume. Il a installé ses containers un peu partout dans Paris. Dedans, 3 000 fraisiers qui voient la vie en rose. On leur fait croire qu'on est en
– On est autour de 5 fois plus productif qu'une agriculture en pleine terre. Pourquoi? Parce qu'on fait de la culture verticale. Parce qu'on va être capable d'optimiser les conditions pour la
– L'empreinte écologique de ces fraises, c'est l'argument phare de la start-up. Elle vient de lever 25 millions d'euros. Mais si l'entreprise dit économiser, sur sa consommation d'énergie, elle reste vague.
capture