logo Le moteur de recherche de la télé

Entrée libre


diffusion le lundi 14 janvier 2019 à 13h05 sur France 5

capture
– Au départ, Rostand a une propension naturelle à écrire des pièces qui coûtent cher. Il lui faut tout de suite 40 figurants, 5 décors... Il trouve des acteurs qui ont les moyens. Sarah Bernhardt autant que Constant Coquelin. Coquelin lui dit "Faites-le, écrivez cela." Rostand se lance dans "Cyrano". Il l'écrit vite, mais dans une souffrance extrême. Il n'estjamais content de lui. C'est atroce. Il n'y croit pas. Ily a un personnage avec un grand nez, et il est persuadé que ce sera une catastrophe.
– Je suis ridicule, n'est-ce pas? Ce sera un four.
capture
– Aucune pièce n'a eu ce destin incroyable. En une nuit, de faire rentrer ce jeune auteur au Panthéon, alors que 24 heures avant, c'était un jeune ringard qui écrivait des vers qui faisaient des bides. 3 jours plus tard, il a été décoré de la Légion d'honneur. 3 ans plus tard, il était à l'Académie française. C'est un destin dingue.
– C'estJohnny Hallyday multiplié parjean d'Ormesson. C'est le grand poète de la France. Ilva dire au monde ce qui reste de l'esprit français.
– Edmond Rostand n'a jusqu'ici jamais brillé par son talent. C'est un auteur qui manie le vers de façon ampoulée. Dans "Cyrano", son style s'envole. Il fait preuve de virtuosité avec lyrisme et truculence.
– Par exemple, tenez... Agressif... Moi, monsieur, si j'avais un tel nez, il faudrait sur le champ que je me l'amputasse.
capture