logo Le moteur de recherche de la télé

La loutre après l'eden


diffusion le lundi 14 janvier 2019 à 10h50 sur France 5

capture
– Les écarts de température sont de plus en plus grands, il fait souvent plus chaud ou plus froid que la normale. Ma petite rivière est couverte de glace. Nager sous la glace ne me pose pas de problème, ma vue est assez mauvaise et ce sont mes vibrisses, mes moustaches, qui me servent à me diriger sous l'eau. Le froid a un avantage, le poisson est un peu engourdi, il est plus facile à attraper que d'habitude. Glace ou pas, je rapporte toujours mes proies les plus volumineuses sur la terre ferme. La corneille creuse le sol gelé pour trouver des vers de terre. Le rouge-gorge picore la glace pour boire. Il est prudent, il ne s'approche pas de l'eau libre. J'Y suis. J'ai compris très vite qu'il fallait creuser des trous dans la glace pour pêcher sans m'asphyxier. Dans le Marais poitevin, même en hiver dans la neige, ma cousine l'hermine n'a pas de tenue de camouflage. Dans les pays nordiques ou en montagne, à cette saison, elle est toute blanche, avec le bout de la queue noire.
C'est un mustélidé comme moi. Nous avons le même sens de l'humour, nous aimons les acrobaties toutes les deux. Nous avons presque la même allure. Mais elle pèse 400 g et moi, 8 kg. garder ses distances pourjouer. Le héron a utilisé les trous que j'ai creusés pour pêcher. La glace est plus tenace que la neige. Mais elle est de plus en plus fragile. On peut avoir de mauvaises surprises en marchant dessus. Tiens, voilà le viking noir! Gork le cormoran, un concurrent. Tous les hivers, il débarque en force de son Europe du Nord, croyant passer l'hiver au chaud chez moi. Pour la chaleur, c'est raté, ilva devoir attendre un peu. Je me méfie de lui. Avec ses comparses, il pourrait manger tous mes poissons. Il m'a quand même laissé de quoi me remplir l'estomac. Ça ne s'arrange pas du côté de la météo. Le ragondin et moi, nous sommes des mammifères amphibies. L'eau ne devrait pas nous déranger, mais tout dépend de la quantité. Je dormais bien au sec dans ma catiche. Je ne m'étais pas aperçue que le Marais poitevin se transformait en entonnoir où s'engouffrait toutes les rivières en crue des environs.
capture
capture