logo Le moteur de recherche de la télé

La loutre après l'eden


diffusion le lundi 14 janvier 2019 à 10h50 sur France 5

capture
– Notre petit plan d'eau profite à beaucoup d'autres animaux, comme le renard. Une bergeronnette grise ! Elle niche toujours près de l'eau. La tombée de la nuit, c'est l'heure de la loutre.
capture
– Les changements climatiques sont très rapides, alors qu'avant, ça se passait sur des centaines ou des milliers d'années, elle avait le temps de s'adapter, de migrer ou de changer de régime alimentaire. Si ça intervient trop vite, elle ne sera peut-être pas capable de s'adapter.
– Car la pêche pour une loutre, ça consiste aussi à savoir remonter le courant. Il faut pêcher à contre-courant. Je montre l'exemple à mes 2 jeunes. Ils comprennent vite ! ça ne s'arrange pas. L'année dernière, cette souche était un gîte confortable, le niveau de l'eau a tellement baissé que les envahisseurs s'y installent. La fouine par exemple, un autre petit mustélidé. Habituellement, elle me craint. Rien ne va plus dans notre marais réchauffé. Je vais aller voir la mer. Là-bas au moins, je suis sûre d'y trouver toujours de l'eau. Au bord de l'océan Atlantique, près du rivage de la baie de l'Aiguillon, ily a d'immenses vasières où l'on trouve toujours quelque chose à pêcher. D'autres que moi l'ont compris. Loin d'ici, en Californie, il existe des loutres de mer. Il paraît qu'elles ne manquent de rien et qu'elles s'amusent à surfer dans les vagues. Je ne suis pas sûre de vouloir installer mon gîte sur cette plage européenne. Le terrain est un peu trop découvert. Ça manque de discrétion ! Où voulez-vous installer un abri ? Il n'y a pas de vieux frênes têtards par ici. Cependant, l'intérêt d'une plage, c'est qu'à marée descendante, il est facile d'y trouver à manger.
Hum... Un bon mulet! Voilà un vrai festin pour une loutre. Les vasières attirent des oiseaux. Ils y trouvent d'innombrables vers, des escargots, des coquillages, des crustacés, tout ce qu'il faut pour se nourrir et prendre des forces avant de repartir en migration. La mauvaise saison approche. Ils vont bientôt repartir vers les pays chauds. Depuis plus de 7 000 ans, les hommes pêchent des coquillages dans la baie. Pour une loutre, les chenaux de la vasière contiennent beaucoup de choses à manger. Il n'y a pas que les hommes qui apprécient les coquillages. Une anguille ! Pas question de la laisser filer vers l'océan ! Un peu plus loin, ce sont les bouchots, les élevages de moules. Les bouchots, ça ressemble à une forêt, mais là non plus, il n'y a pas de frênes têtards pour installer ma catiche. Et les moules ne m'intéressent pas vraiment, trop dures à croquer. Les moules peuvent rester accrochées à leurs bouchots, je préfère le crabe vert. Ses pinces ne me font pas peur. Il ne sait pas que je suis entraînée à croquer des écrevisses. Si tout se réchauffe et se dessèche, si le désert s'installe là où poussaient autrefois les frênes au bord des canaux de mon marais, la mer sera peut-être mon ultime refuge. La mer, que les hommes ont repoussée autrefois du marais. Je l'ai prouvé au fil des siècles, je m'adapte ! Mais il est possible qu'un jour, j'atteigne mes limites. france.tv acces
capture