logo Le moteur de recherche de la télé

La maison des Maternelles


diffusion le lundi 14 janvier 2019 à 9h20 sur France 5

– J'ai vu une dame partir avec. Je me suis demandé ce qu'elle faisait. Mais il valait mieux pas que je ne l'aie pas. Une dame m'a dit: "On ne vous le donne pas pour ne pas que vous vous y attachiez."
– C'était déchirant.
– Des images floues, des souvenirs en pointillés... Le trou noir. Elles ont entre 15 et 20 ans. Des années plus tard, elles ne parlent pas d'accouchement sous X, mais de don, d'abandon, d'adoption, de séparation. Une décision vécue comme la seule issue après des mois de silence, de solitude.
– J'ai décidé de ne pas le garder. Mais au moment où j'ai accouché, quand on m'a demandé si j'avais des vêtements pour lui... Une voix disait, mais c'est moi qui parlais, que je ne le gardais pas. C'est assez flou. Je ne me souviens pas quand on m'a ramenée dans la chambre. Je me souviens de l'assistante sociale qui m'a fait signer le PV d'abandon.
– Je n'ai pas été mise dans une chambre seule. On m'a mise dans une chambre avec une autre maman avec son bébé. Elle m'a demandé si mon bébé était malade. J'étais mal pour répondre. C'était extrêmement douloureux.
– Je suis restée face au mur. Je me suis simplement tournée quand la dame est venue me demander le prénom. La loi disait que j'avais le droit de lui donner un prénom.
– Le peu de temps que j'ai fréquenté son géniteur, il avait saint Christophe qui pendait au tableau de bord. J'ai demandé ce que c'était. C'était le patron des voyageurs. Je l'ai appelé Jean Christophe Laurent. Le patron des voyageurs... Si Dieu le veut, il me reviendra.
– Bru Muller : Un documentaire très fort, "Mères sous X".
– Agathe Lecaron : Marie, quand elle pleure, elle fait cette tête.
– Bru Muller : Elle pleure en rigolant.
– Agathe Lecaron : Il faut s'accrocher devant ces images.
– Bru Muller : Question.
– N.Lancelin-Huin: On ne va pas séparer la tête du corps. Mais on est fait de tout ça. On peutjuste imaginer ce que peut vivre un bébé. Ces enfants vivent avec beaucoup de résonance à ce qui se raconte dans ces moments. Passer d'enfant de parents adoptifs à la mère de son enfant, ça ne se fait pas forcément dans la douceur.