logo Le moteur de recherche de la télé

Ô Sud !


diffusion le lundi 14 janvier 2019 à 9h10 sur France 3

– Salut à tous ! Ravie de vous retrouver. Aujourd'hui, on est à Toulouse. Je suis devant une fresque qui a été commandée par la ville. Eh oui, Toulouse vit au rythme de ses initiatives culturelles. Nous partons à la découverte des cultures urbaines. On rencontrera Marie Sanchez, une artiste qui fait des performances autour de l'alimentation. Il y aura aussi du sport. Je vais essayer le hip hop. Mais avant, on va découvrir un art urbain majeur, le graffiti, car Toulouse est la 2e ville de France la plus graffée après Paris. C'est parti ! Voir la ville rose au volant de mon combi, c'est sympa. Une teinte que la capitale occitane doit à la brique de terre cuite utilisée pour sa construction. Mais voir Toulouse de toutes les couleurs, c'est encore mieux ! Il faut dire que le street art, ici, squatte tous les coins de rue. de ses avenues, la ville écrit sur les murs à l'encre de ses bombes. A commencer par l'espace Cobalt, dans le quartier de Montaudran. J'ai rendez-vous avec Flavien Flavor, plus connu sous le nom de Mile. Comment ça va ?
– Ça va.
– Je suis venue te voir car tu es une référence en street art. Peux-tu m'expliquer la différence entre le tag, le graff ? Le street art, ça englobe le tout?
– C'est pas un mélange des 2, un graff. Tu as autant un côté lettrage, ces enchevêtrements de lettres, des formes qui s'enchevêtrent, et là, tu as le personnage, avec un fond de calligraphie. Une calligraphie travaillée. Qui dit travaillé, élaboré, dit graff. Un tag, ce serait plus... On en retrouve sur le banc, là-bas.
– Une signature ou un mot?
– Oui. A l'origine, un tag, c'était fait assez rapidement, sous l'impulsion.
– Ça semble être fait dans la précipitation alors que parfois, c'est quelque chose de très pensé.
– En amont, on le travaille vachement, à en épuiser des stylos ou des feutres, pour ensuite l'exécuter. On dirait que c'est fait sous l'impulsion mais c'est travaillé.
– Un tag, c'est une signature. Un graff s'accompagne donc souvent d'un tag.
– Exactement. C'est ce que je répète dans mes ateliers : quand ils s'exercent sur une toile, ils doivent toujours la signer sous la forme d'un tag.