logo Le moteur de recherche de la télé

Ça commence aujourd'hui


diffusion le lundi 14 janvier 2019 à 13h55 sur France 2

capture
– Il y avait des symptômes annonciateurs?
– Jennifer: A cette époque, non. C'était imprévisible. Il était jeune. Il ne supportait plus la moindre contrariété. il voulait une voiture, point. Ça partait d'un caprice pour atterrir à une crise réelle. Je ne savais pas détecter... Il allait tout le temps mal.
– Félix Bollaert : Les oiseaux le calmaient. Il y a autre chose qui a fini par l'apaiser?
capture
– Jennifer: Une fois qu'il a eu 14 ans, j'ai pris contact avec plein de chefs d'entreprise pour qu'il fasse des stages dans ses passions. Je le rattachais... Je lui montrais qu'il y avait un avenir possible. Il y avait les fleurs...
– Félix Bollaert : Il aime la nature.
– Jennifer: Il y avait aussi les oiseaux dans un jardin à Laval. Tu te rappelles? Tout le monde a joué le jeu.
– Félix Bollaert : Un élan de solidarité.
– Jennifer: Complètement, et en sachant pertinemment ce qu'avait Jason. J'ai écrit plein de courriers pour parler de la situation de mon fils, qu'il fallait absolument qu'on le raccroche... Il n'allait plus à l'école. Il fallait lui trouver des occupations. J'ai envoyé des courriers à plein de personnes. Des personnes m'ont répondu: "J'ai envie de vous aider, mais je n'y connais rien." Ils essayaient de comprendre. Ils devenaient presque professionnels de la santé. Une fleuriste l'a fait travailler dans la réserve car c'était compliqué, le contact avec les gens. Petit à petit, elle l'introduisait dans le magasin avec les clients. Tous ces petits trucs ont fait que Jason s'est raccroché à...
– Dr F.Ferreri: Ce que vous avez organisé, c'est formidable. Le traitement médicamenteux élimine une partie des symptômes et il y a tout ce qui va autour. Il y a les programmes de soins formatés, standardisés, que les professionnels font, et il y a toutes les innovations et l'inventivité dont vous avez fait preuve, qui ont aidé. Ça a fait que vous avez mené à bien un projet et que vous gardez un optimisme pour la suite.
capture