logo Le moteur de recherche de la télé

Journal 08h00


diffusion le lundi 14 janvier 2019 à 8h00 sur France 2

–  N.de Rincquesen: A.Boutet, bonjour. Quel est l'objectif de ce courrier? Sortir de la crise?
– Antoine Boutet : C'est l'espoir du chef de l'Etat, mais que va-t-il faire de toutes ces informations issues des centaines de débats partout en France? L'exercice est inédit. On ne pourra pas débattre de tous les sujets. C'est le cas de l'ISF. E.Macron est prêt à faire des concessions sur les institutions mais refuse de toucher aux réformes économiques, persuadé que la santé des entreprises demeure la priorité de son quinquennat.
– N.de Rincquesen: Cette lettre, ce grand débat, dans ce contexte, ça va suffire pour rétablir la situation?
– Antoine Boutet : Autre interrogation: combien seront-ils à y participer? Je parle des citoyens mais aussi des maires. De leur nombre va dépendre l'efficacité de la démarche. Il y a du scepticisme après des semaines de crise. E.Macron veut mettre les Français, y compris les "gilets jaunes", devant leurs responsabilités.
– N.de Rincquesen: Merci. Parmi les différentes mesures mises en place, en ce début d'année, il y a bien sûr le prélèvement à la source. Conséquence de ce changement dans nos habitudes fiscales: près de 9 millions d'entre vous vont recevoir un chèque qui correspond au crédit d'impôt.
– Aide à domicile, garde d'enfants, dons aux associations ou service en EHPAD... Si vous bénéficiez de crédits ou de réductions d'impôts, 60 % de vos avantages pour 2018 vous seront versés dès demain par le fisc. C'est le cas pour 8,8 millions de foyers en France. Le gouvernement a choisi de doubler ce pourcentage. Objectif: atténuer l'effet du prélèvement à la source sur le pouvoir d'achat. En moyenne, chaque foyer concerné va bénéficier de 627 euros, un montant total de 5,5 milliards d'euros pour l'Etat. Les 40 % restants de ces avantages fiscaux seront versés à l'automne. Pour ceux dont la situation le versement sera effectué intégralement en septembre.
– N.de Rincquesen: 48 heures après l'explosion due au gaz qui a tué 4 personnes rue de Trévise, à Paris, l'enquête se poursuit pour déterminer l'origine de la fuite.