logo Le moteur de recherche de la télé

Programmes de la nuit


diffusion le lundi 14 janvier 2019 à 1h35 sur TF1

– Le prix.
– Pour la barquette, j'ai besoin de 2 euros de plus. C'est beaucoup d'argent. C'est 20 euros du kilo en plus. C'est des barquettes de 100g. Mais j'en ai besoin.
– Tu vas pas me faire ça ?
– Si, si.
– La période des fêtes est le seul moment où Jean-François fait des bénéfices. Chaque commande compte.
– Je suis patron.
– On te le met tout de suite.
– Mais ce transporteur, qui doit expédier 6 palettes, menace de partir sans la marchandise.
– On te la met.
– Pour l'empêcher de partir, le grossiste décide de charger lui-même la marchandise.
– Allez, les gars, on charge. C'est parti, tout est là. C'est bon. Il y en a pour une fortune. S'il nous charge pas, 9 personnes ont travaillé pour rien pendant 5 jours.
– Grâce à son équipe et ses produits d'exception, il a conquis un marché de prestige. Celui des primeurs de luxe et des chefs étoilés. Aujourd'hui...
– Ça vient d'où ?
– Il espère ajouter un nouveau trophée à son tableau de chasse.
– Ça vient de chez moi.
– A seulement 28 ans, Maxime a été nommé chef pâtissier d'un palace parisien.
– Bonjou r.
– Que puis-je pour vous ?
– Je cherche le grand chef.
– C'est la 1re fois qu'il vient sur le stand de Jean-François.
– C'est un plaisir de vous rencontrer.
– Moi aussi.
– Tu me fais découvrir ?
– C'est de la vraie bergamote de Calabre. Si on le râpe un peu...
– C'est magique. Ça sent vraiment très bon. Je veux trouver des produits que les autres n'ont pas.
– Ça fait plaisir.
– Ou de faire découvrir des produits.
– Regarde. Comme tu m'as dit que t'étais normand... C'est un producteur de Normandie. C'est de la pomme à chair rouge que peu de gens connaissent.
– Je connais pas. C'est quoi, ce produit ?
– Maxime s'est déplacé car il lui manque encore un ingrédient pour le dessert incontournable de sa carte de fin d'année.
– C'est des yuzus du Japon. On les fait venir par avion.
– Le yuzu est un citron japonais très prisé des chefs pour son arôme intense.
– On va en COUPGI’ un. En général, c'est quand même juteux. On a envie de le frotter et de s'en mettre derrière les oreilles tant ça sent bon.
– Je suis surpris que tu aies ça dans ton recoin.