logo Le moteur de recherche de la télé

Programmes de la nuit


diffusion le lundi 14 janvier 2019 à 1h35 sur TF1

– C'est moi qui ai donné le virus à mon fils.
– Oui, oui, c'est vrai. Quand on admire quelqu'un, surtout quand c'est vos parents, la pression est vraiment forte. Donc... vous avez pas envie de saboter le travail d'une vie. Donc, faut être à la hauteur.
– Vous en dites quoi de ce qu'il a fait de votre entreprise ? Il rit.
– Ben, c'est bien.
– Ça vous émeut ?
– Oui.
– Pourquoi ?
– Je trouve qu'il a pris
– Une bonne décision, mais l'affaire familiale reste fragile.
– Bisous.
– Salut, à plus.
– Il y a un seul moment où Jean-François, une fois les salaires payés, dégage des bénéfices : les fêtes de fin d'année.
– C'est là où on fait notre chiffre. Pendant 11 mois, on travaille juste pour faire les charges annuelles. Le dernier mois, c'est là où on fait le résultat de l'année. Oui, faut faire gaffe.
– Pour Jean-François et son équipe, verdict dans quelques jours.
– Les patates douces sont arrivées ou pas ?
– Dans un instant...
– Celui-ci a l'air pas mal. Pas mal. Beau, régulier, grand. Chaque couronne représente une année de croissance. La force de mon entreprise, c'est la rigueur, le côté très militarisé, c'est vrai. C'est ça qui me motive. Le défi. Avoir une emmerde, la résoudre et être toujours meilleur que la veille.
– Pendant ce temps, au coeur des Ardennes belges... Cloches Non loin de la frontière française... La petite commune de Neufchâteau. Profitant du climat humide et frais de la région, Jonathan, 38 ans, y cultive un des produits incontournables des fêtes.
– Là, nous arrivons dans notre champ de collection, le champ collector où on a les qualités les plus recherchées, dans des hauteurs quasi introuvables. Je vais pas dire qu'on a parlé aux arbres... Mais pas loin.
– Jonathan est l'un des plus importants producteurs de sapins du pays. Cette période est décisive pourlui
– Elle représente 70% de son chiffre d'affaires. Et il vient de recevoir une commande urgente.
– OK. Il me faut un 6,20. Il m'en faut un magnifique.
– Un sapin Nordmann, de plus de 6 mètres, destiné au palais de justice de Bruxelles.
– Non, il me faut un top, top, top.