logo Le moteur de recherche de la télé

Programmes de la nuit


diffusion le lundi 14 janvier 2019 à 1h35 sur TF1

– Ça fait du bien ! Ça fait du bien.
– Tu es comme chez toi,
– Oui. Le Crazy Horse, c'est un peu comme la 2e maison, au final. Il y a ce côté de se sentir sublimée par cette maison, quand même, quand on est sur scène. Je pense que nulle part ailleurs, j'aurais cette sensation-là, ce sentiment. C'est vraiment qu'au Crazy qu'on peut se sentir... Ou peut-être dans les yeux de son amoureux où on peut se sentir briller.
– Une relation presque amoureuse ?
– Presque amoureuse, oui. Je suis sûre que si on demande aux danseuses, le Crazy, c'est le 2e amour de leur vie. *Musique gaie Rire
– Quitter le sol d'un battement d'ailes, un rêve aussi vieux que le mythe d'Icare dont les descendants sont pilotes de ligne, apprentis aviateurs ou militaires. Ils partagent tous le même désir. *-Bonjour ! Kathel Boulanger, votre copilote sur ce vol. Nous sommes heureux de vous accueillir sur ce triple 7.
– Aux commandes du plus gros bimoteur du monde, l'élégance.
– Aéroport de Gaulle, 121 150 Air France, au revoir.
– Elle s'appelle Kathel Boulanger et fait partie des 7% de femmes pilotes de la compagnie. A 33 ans, elle a déjà 12 ans de carrière. Sa spécialisation, c'est le vol long courrier sur Boeing triple 7.
– Au niveau 7, O. Et la 26 gauche. Air France 5 61.
– Rimmel et manucure pour Kathel qui n'abandonne pas sa féminité. Concentration intense, cet avion peut embarquer 470 passagers.
– Dernier point.
– Oui.
– Et ensuite, le 3.
– Les 2 pilotes se répartissent les tâches, entre communications radio et manoeuvres. Ce soir, Kathel atterrit à l'aéroport de Beyrouth, au Liban.
– Il braque... Hop ! Et voilà, tout est normal. Moteur d'avion
– On mange quelque chose ?
– Dans 15 minutes, ceux qui veulent prendre des mezzés, c'est à côté.
– Tradition du soir, les pilotes invitent l'équipage à dîner. Rire
– Tiens, un peu de pain. Avec le taboulé.
– J'en voulais.
– C'est le plus important.
– Ce serait dommage de ne pas profiter, au Liban, de déguster des mezzés avec l'équipage. Ça fait partie des bons côtés du métier. On découvre des pays, des traditions. Même si c'est court, je pense qu'il faut le faire.