logo Le moteur de recherche de la télé

Programmes de la nuit


diffusion le lundi 14 janvier 2019 à 1h35 sur TF1

– Cris d'appel Margaux ! Zita !
– Elles sont têtues.
– On est congelées.
– C'était dur de se lever parce qu'on était pétrifiées.
– On peut même pas parler. Sympa, quand même.
– Oui.
– Ça fait du bien.
– Vous vous souvenez ? Dans 2h sur scène. Wouhou !
– Sur le parking, les choses se compliquent un peu, car on a beau maîtriser l'art de l'effeuillage, on en est pas moins démunie devant une combinaison en néoprène mouillée.
– Oh, putain !
– Ça fait mal !
– Retour sur Melbourne 1h30 plus tard. Les surfeuses sont rentrées dans le rang. Ni vues ni connues ? Peut-être pas. Le cabaret est réputé veiller étroitement sur ses danseuses, question de sécurité, mais aussi d'image de marque.
– Ça va, les filles ?
– Quand la patronne arrive en loge, on se demande quel sera son sentiment sur l'activité des surfeuses.
– C'était bien.
– Vous avez surfé ?
– OUAIS. c'est à peu près à une heure ? D'accord. Il faisait pas trop froid ? Les pieds gelés ?
– On avait des chaussons.
– Que pensez-vous des aventurières ?
– C'est bien. Je suis fière de la troupe qui part comme ça à l'exploration du monde. Elles sont jeunes, belles, modernes, fortes, fofolles, en bien. Elles bouffent la vie. Très fière d'elles. *Musique rythmée
– On arrive, regarde.
– A Paris, on assiste à une première.
– Bienvenue. celle d'un père. Pour la 1re fois, Jean-Pierre va voir Pauline danser sur la scène du Crazy Horse. *Musique douce
– Dans un instant, Pauline va vivre son rêve d'enfant : danser seule sur la scène.
– Trop belle.
– Et Daisy, l'ancienne danseuse devenue manager, ne va pas résister à la tentation de monter sur scène.
– Je me suis régalée. J'ai quand même eu un trou de mémoire.
– On est bien placés.
– Les parents sont reçus avec honneurs. Elle chante en anglais.
– Il y en a pour monsieur, mais aussi pour madame.
– Tcha-tcha-tcha.
– Moi, faut pas me pousser.
– Ce n'est pas encore Pauline, elle n'est pas dans les 1ers numéros. Mais pour ses parents, ce solo évoque pourtant quelques souvenirs.
– Tu te souviens quand elle nous faisait ça ? Dans la cuisine ?
– Regarde, tu vas voir. Bernadette chante.