logo Le moteur de recherche de la télé

Afghanistan : voyage au coeur de la terreur

Enquête exclusive


diffusion le lundi 14 janvier 2019 à 0h40 sur M6

– non, 62 hommes.
– Après 10 minutes, nous atteignons enfin le fortin.
– Bon, sortez du véhicule et foncez directement à l'intérieur.
– Malgré les risques, Asadullah vient ici chaque semaine. Le fortin est occupé en permanence par une dizaine d'hommes. La relève n'a lieu que toutes les deux ou trois semaines.
– Allons voir en haut, la tour de guet.
– Cette place forte improvisée est installée dans une ancienne ferme. Si les policiers l'ont choisie, c'est qu'elle permet de contrôler la route qui mène à leur vallée, un point stratégique. Mais construits en terre battue, les murs n'offrent ici qu'une faible protection.
– On n'a que deux sacs de sable pour protéger ce poste de combat.
– Mais deux sacs, c'est pas suffisant.
– Depuis le départ des Français, ces policiers dépendent des autorités afghanes, qui leur fournissent tout juste de quoi se défendre.
– Voilà toutes nos roquettes. On a 14 postes. Je suis allé 100 fois au commandement pour demander des munitions. Ils m'ont seulement donné 2000 cartouches. Commentje fais, moi, pour me battre ? Ca, ce sont les grenades fournies par le gouvernement. Ce sont des fumigènes. Y a pas d'explosifs là-dedans. Ça sert à rien.
– Mais ces hommes n'ont pas d'autre choix que de se battre jusqu'au bout. Les talibans les considèrent comme des traîtres. Ils ne leur pardonnent pas de s'être battus aux côtés des Français. Ils les surnomment les "Afghans français". Ils ontjuré de les exterminer, eux et leur famille... jusqu'au dernier.
– Qu'est-ce qui se passe si les talibans vous attrapent?
– Soit ils nous découpent avec un fil d'acier, soit ils nous exécutent dans les montagnes. Parfois, ils nous attachent les membres à des voitures ou à des motos et ils nous écartèlent. (musique pesante) (un chien aboie)
– C'est généralement de nuit que les talibans attaquent. Alors, comme chaque soir, après le coucher du soleil, les hommes du fortin se préparent à affronter un ennemi invisible. Du coup, il faut recourir aux vieilles méthodes.
– Si nous, les hommes, on n'entend rien, les animaux, eux, ont l'ou' l'e très fine.