logo Le moteur de recherche de la télé

Soirée «Fric-frac»

Histoires courtes


diffusion le lundi 14 janvier 2019 à 0h55 sur France 2

– "Histoires courtes". Ce soir, j'm'en vais jacter et vous allez m'esgourder. Si j'vous dis qu'on est en rade d'artiche, de carbure, d'avoine, de talbin, de picaillon, vous entravez que dalle ? J'm'explique. On est en rade de fric. Exact, mes cocos. Mais vous faites pas de mouron, j'ai une idée pour s'en mettre plein les fouilles, on va faire un fric-frac. Pas folle, la guêpe ! j'suis pas une mondaine, j'suis plutôt fric-frac. Et je fricote pas avec les attrapes-mégots. Ben quoi ? Vous êtes pas des rigolos, vous ! Dans la vie, faut qu'ça claque. Avoir un cadavre dans le placard, c'est pas la mort. Ça peut arriver à tout le monde. Même aux cadors, même aux rupins. Tomber sur un refroidi, ça peut donner une suée. La poisse ! Manquerait plus qu'il y ait un poulet qui s'ramène. Nous v'Ià dans d'beaux draps ! Mais bon, t'inquiète pas, on n'est pas des baltringues.
– Vite, on s'arrache !
– Tout va bien, cet homme est un nazi.
– Que s'est-il passé ?
– On était en train de le faire et il est tombé.
– Je l'ai déjà vu. C'est qui ?
– Un client. Je sais pas son nom.
– Regarde dans son portefeuille. Le portefeuille !
– Maxime Lauret l? Un politicien avec une sale réputation !
– Pourquoi ?
– Il est fétichiste d'objets nazis.
– Il voulait que je l'appelle "Fuhrer" ! J'appelle la police 7
– Non, on n'appelle pas la police. La presse ne doit rien savoir. On est à l'Ambassador ! Une destination prisée ! Pas de nazis chez nous.
– Ben si. Y en a un ici.
– Pas si on s'en débarrasse sans que personne ne le voie.
– Vous pensez qu'elle prend combien ?
– Tu parles de quoi ? Y a quelqu'un dans le couloir ?
– Un mec avec un appareil photo. Peut-être un journaliste ?
– Mince, comment ils ont su ? Cherche un truc pour le faire sortir.
– Je peux avoir une avance sur salaire ? Accent anglais.
– Bonjour. Je peux vous aider ?
– J'espère que vous avez passé un agréable séjour à l'hôtel. Au plaisir de vous revoir.
– J'ai pas été payée.
– C'est pas mon problème.
– Ça le sera si vous voulez pas qu'on découvre votre nazi.
– OK. Combien ?
– Une baise de 30 secondes et une crise cardiaque.