logo Le moteur de recherche de la télé

Les trésors de la parfumerie française


diffusion le dimanche 13 janvier 2019 à 0h55 sur France 5

– On parfumait les vêtements, souvent à partir de poudre parfumée. On se parfumait soi-même, la chevelure également, en y mettant des fleurs fraîches ou une goutte de fleur d'oranger, de citronnier ou de musc, que sais-je...
– Le parfum, désormais, on le porte sur soi, comme un bijou. C'est ce qui marque la grande modernité de la Renaissance, en matière de parfumerie. On porte autour du cou ces pomanders, appelés aussi pommes de senteur. Ces petits trésors réalisés en or ou en argent.
– Les pommes de senteur étaient également portées par les femmes. Ce sont des sphères avec des compartiments qui peuvent s'ouvrir comme une orange. A l'intérieur de chaque quartier était stocké un parfum qui pouvait venir compléter la parure et être ajouté au fur et à mesure de la journée derrière l'oreille, sur la chevelure ou sur le vêtement.
– On porte aussi sur soi ces minuscules flacons, imaginés pour tenir dans la poche. Merveilles d'orfèvrerie et de joaillerie enrichies de pierres précieuses et de perles. Certains, pas plus haut qu'une allumette. D'autres conçus pour tenir debout sur une table. Un trésor petit par la taille mais précieux par sa fabrication. Une technique sophistiquée de verrerie italienne.
– "Mille fiori", en italien, est une technique de verre, du 16e. Ce flacon se fermait à l'aide d'un bouchon en liège et ce parfum complétait la toilette d'une femme de la haute société du 16e siècle.
– Des flacons plus somptueux les uns que les autres. Que les grandes dames de la cour glissent dans leurs cassettes lorsqu'elles partent en voyage. L'ancêtre de la trousse de toilette est ici finement tissée de soie. Un objet délicat, âgé de près de 500 ans. Nous sommes à la fin du 16e et entre Grasse où l'on produit et Paris, où l'on se parfume, le fil est donc tendu pour une histoire qui ne va cesser de grandir tout au long des siècles. Les rois et les reines raffolent de parfums. Pour eux, les Grassois vont cultiver des merveilles. C'est ainsi que cet oranger bigaradier va se retrouver dans le plus beau palais du monde, à Versailles.