logo Le moteur de recherche de la télé

Chris Downey : architecte visionnaire

A vous de voir


diffusion le dimanche 13 janvier 2019 à 0h30 sur France 5

– C'est vraiment un espace déroutant. Je n'ai pas encore réussi à m'y faire.
– Retour à la LightHouse où Chris a également travaillé sur la lumière pour aider les malvoyants à s'orienter.
– Les lumières sont linéaires. Elles forment un axe nord-sud. Ceux qui ont un restant de vision peuvent se repérer grâce à cet axe lumineux au-dessus de leur tête. Il y a d'autres espaces qui sont simplement ludiques. A l'aide de lumières artificielles, on peut mélanger les couleurs. Il y a des côtés fonctionnels avec la lumière, mais aussi des éléments émotifs et sensibles qui ajoutent à la qualité de l'espace que l'on soit voyant ou non.
– Bryan Bashin, non-voyant, directeur de la LightHouse, mesure les bienfaits de la collaboration avec Chris.
– La qualité principale de Chris est de prêter attention aux détails et de penser en profondeur en dehors de toute convention. Il a passé de nombreuses années en tant qu'architecte voyant, mais il a une capacité à grandir et à comprendre l'étendue de tous les sens humains et notre capacité à assimiler et à apprécier notre environnement. Les gens pensent savoir à quoi les choses doivent ressembler, les couleurs qu'il faut choisir. C'est important, mais les autres sens sont aussi importants.
– Quand j'étais voyant, c'était facile de me focaliser uniquement sur le visuel et de ne pas penser au reste. Mais ce sont les autres choses qui rendent l'expérience de l'architecture d'autant plus riche, tous ces autres sens qui sont bien plus immédiats et physiques. Tout cela m'a donné beaucoup d'opportunités. Mais de façon surprenante, ça m'a montré la voie pour devenir un meilleur architecte. Le job d'un architecte voyant, je connais ça par coeur. En plaisantant, je dis que je peux le faire les yeux fermés ! Ce qui est plus difficile, c'est de dépasser la vue pour "designer" avec d'autres sensations et se projeter dans l'espace, en faire partie intégrante, pas seulement le regarder, mais l'habiter, être là, dedans. L'expérience de la cécité me rend plus présent dans ce moment et plus intentionné par rapport à cet espace.