logo Le moteur de recherche de la télé

Chris Downey : architecte visionnaire

A vous de voir


diffusion le dimanche 13 janvier 2019 à 0h30 sur France 5

– Les choses sont ce qu'elles sont. C'est comme ça. C'est très honnête, authentique.
– Ici, c'est le couloir central.
– Là, ilva y avoir de la moquette dans l'espace autour. retrouve Katy Hawkins, architecte. Durant 2 ans, Chris et le cabinet Mark Cavaniero ont collaboré à un projet commandé par la "LightHouse" de San Francisco, un organisme qui aide et forme les aveugles et mal-voyants. Katy Hawkins.
– C'est très agréable de travailler avec Chris. Il a amené une vraie richesse au projet. Il nous a fait réfléchir à la manière dont les gens se déplacent en se fiant non pas au visuel, mais à des indices plus subtils ou explicitement non-visuels tels que les sons, ou les lumières pour ceux qui ont encore un peu de vision.
– Mon rôle dans ce projet, c'était de les amener à voir l'architecture sans leurs yeux. Cela ne veut pas dire que l'aspect esthétique n'a pas d'importance. Ça en a beaucoup pour les personnes qui viennent à la "LightHouse" et celles qui y travaillent. Visuellement, il faut que ça fonctionne bien. Mais le vrai challenge était que les architectes imaginent une architecture de qualité avec des designs agréables qui soient appréciés avec les yeux et à travers d'autres sens.
– Pour pouvoir travailler, Chris a dû trouver des outils adaptés à son handicap. Le 1er fut une imprimante en relief.
– C'est complètement différent de lire un plan par le toucher ou de le lire avec les yeux. Quand on regarde un plan, on voit le plan entier. Les détails permettent de comprendre le tout. Avec le toucher, c'est l'inverse. On part des détails et on doit se construire une représentation mentale du plan. Dans le coin, ily a une ouverture sur l'escalier. L'escalier descend de ce côté et puis, il monte. Ce qui était intéressant, c'est que, en tant qu'architecte, on veut se projeter dans l'immeuble, dans l'espace que l'on construit. Si je lis un plan en le touchant, je suis au bout de mon doigt. Je m'imagine dans cet espace, tout ce qui fait cet espace, comment on s'y sent, ce qu'on entend, à quoi ça ressemble.
– Chris doit pouvoir dessiner sur ses plans pour les modifier.