logo Le moteur de recherche de la télé

Chris Downey : architecte visionnaire

A vous de voir


diffusion le dimanche 13 janvier 2019 à 0h30 sur France 5

– Je me sens à l'aise dans la plupart des endroits, à San Francisco. Je peux me promener en sachant exactement où je suis. Les rues sont très piétonnes. C'est une ville plaisante pour s'y balader. Il y a un bon réseau de transport public. C'est une ville presque parfaite pour se retrouver aveugle.
– Parce que l'architecture se vit à travers tous les sens et pas seulement la vue, en 2010, Chris a fondé son entreprise "Architecture for the Blind". Elle vise à la création d'environnements plus fonctionnels et agréables pour les personnes déficientes visuelles. Chaque matin, Chris regagne le bureau qu'il loue dans un open space au 11e étage d'un building. une intervention chirurgicale destinée à lui ôter une tumeur au cerveau. L'opération réussit, mais le prive de la vue. Mais pas question d'abandonner le métier qu'il exerce depuis 20 ans.
– Beaucoup de choses m'ont motivé pour continuer mon métier. En fait, je ne savais pas que faire d'autre. J'avais pensé à un plan B, c'était d'être guide à vélo. Etre un architecte sans la vue me paraissait plus plausible. J'avais le sentiment que je pouvais faire tellement de choses en architecture, sans la vue. J'ai voulu explorer cette voie pour voir ce que ça pouvait donner. Je n'avais pas les réponses, j'avais juste des questions et la curiosité. Cette curiosité est peut-être la force motrice. C'est devenu un projet d'architecture. Comment réinventer sa carrière sans la vue ? Comment on fait quelque chose qui ait vraiment du sens ?
– Au chômage depuis plusieurs mois, Chris sait que le challenge sera difficile à relever. On lui propose alors de travailler sur un projet, à Sao Paulo: un centre de réhabilitation pour les vétérans aveugles.
– Ce 1er projet a été quelque chose d'extraordinaire. Ce qui était surprenant dans cet inconnu, le fait d'exercer en tant qu'architecte non-voyant, c'est la plus-value incroyable que cela a apporté à l'équipe responsable du projet, dans la manière de réfléchir à la conception de l'immeuble. Ça m'a vraiment permis d'accepter ma cécité, dans le sens où je n'avais pas besoin de contourner mon problème, de trouver des excuses, de me cacher, de faire semblant.